Littérature / Choses vues au salon du Polar de Drap

7eme édition de Polar à Drap mais 2ème édition à l’Espace Jean Ferrat.

L’an dernier bien sûr quelques «atermoiements » : on ne passe pas d’une salle de plain –pied à un espace sur deux niveaux ainsi : mais dès cette années les marques ont été trouvée. Avec même des « monsieur plus » : ainsi présentée à l’extérieur une magnifique traction avant des années 50. Et la présence de la gendarmerie nationale, tout au moins de représentants de sa section scientifique pour expliquer ce qu’est une scène de crime et comment on collationne les indices.

La scène de crime se situait à Drap !
La scène de crime se situait à Drap !

D’autres éléments – bien sur outre la présence des auteurs – sont récurrents : le samedi soir un concert lie musique et écriture polar, et depuis deux ans la SNCF intervient comme partenaire. Supposons un voyage par train. J’en fais plusieurs dans l’année, mais mon « médian » c’est Nice-Marseille. 2 heures et demie. Que faire ? Lire un livre, ça fait « passer le temps ». Et le livre idéal, c’est le polar : ni trop court, ni trop long.

La SNCF va décliner la « Polar’attitude » dans trois domaines : le roman, la bande dessinée et le court-métrage. Le premier PRIX SNCF DU POLAR remonte à quatorze ans, distinction, décernée par le public, devenue le premier prix des lecteurs en France.

Même fonctionnement pour la bande dessinée et le court métrage : un comité d’experts sélectionne bandes dessinées et court métrages qui seront proposés au public dès le moi d’octobre. Le public dispose jusqu’au moi de mai pour noter ses œuvres préférées.

Le partenariat avec « Polar à Drap » se fait avec la diffusion des courts métrages, les samedis et dimanches après-midi. Sept courts métrages, de 9 à 20 minutes. De vrais petits polars avec un mélange des genres, la comédie, le film d’action, le film muet, le film d’animation. Et chacun développe un travail graphique très personnel. Ainsi l’utilisation d’une splendide palette de gris avec Loot (Afrique du Sud) un noir et blanc très contrasté avec HIOB (Allemagne), des couleurs très saturées avec Penny Dreadfull (Etats Unis)…

Marcus Malte était présent tout au long du week-end.
Marcus Malte était présent tout au long du week-end.

Autre événement, un concert littéraire : cette expression est à mon avis un peu trop classique pour cette rencontre entre littérature noire et jazz.

Marcus Malte est né en 1967 et vit depuis ce temps à La Seyne-sur-Mer. Il a fait des études de cinéma, a été musicien de rock, de jazz et de variétés. Puis il s’est lancé dans l’écriture pour les adultes, plus particulièrement des romans noirs, et pour la jeunesse… Son premier livre, le Doigt d’Horace, paraît en 1996.

D’un coté Marcus Malte lit des pages de son livre Les harmoniques. De très grandes qualités de lecteur qui s’empare avec acuité de sa propre œuvre. Sur fond de guerre en ex-Yougoslavie, l’histoire de deux hommes, un philosophe chauffeur de taxi et un pianiste de jazz, en quête de la vérité sur la mort atroce d’une jeune femme. Vera, née à Vukovar, réfugiée en France et rattrapée par l’histoire sanglante de son pays d’origine.

Virginie Teychene
Virginie Teychene

De l’autre coté deux excellents musiciens de jazz, la chanteuse Virginie Teychené et le contrebassiste Gérard Maurin rythment ce voyage, cette ballade, cette introspection. Rythment ? En fait il y a un phénomène de répons, on ne sait plus « qui est aux manettes ». Ce fût une excellente soirée offerte par Polar à Drap, dont il faut bien avouer qu’on n’en sort pas indemne.

Bon, alors bien sûr, des livres : dans mon cabas du Patrick Raynal, du Romain Slocombe, du Jean Pierre Orsi, du Marin Ledun. Bref des valeurs sûres de mon CAC 40 à moi.

Ne pas oublier le travail fait en direction des enfants avec des rencontres avec les enfants de l’école primaire de Drap Condamine et de l’école primaire de DRAP Village.

Et le travail incessant et humble des bénévoles, travail invisible, toujours prêts à servir : un immense remerciement.

Egalement un immense remerciement à Marc Morini « m’sieur l’maire » qui porte cette manifestation dans laquelle se sentent bien et auteurs et lecteurs.

A l’an prochain, Marc !

Jacques Barbarin

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s