État Jazz sous les Bigaradiers

La fête a déjà commencé dans le village de la Gaude perché au dessus de Cagnes sur Mer avec ses 7 000 habitants et son Jazz sous les Bigaradiers (les oranges amères) qui se déroule en fait dans la salle principale La Coupole, les écoles, les restaurants, les bars et l’église.

Pour la 17ème année, ces Rencontres créées par un musicien et compositeur Alex Benvenuto qui, avec son association So What propose une  fois par mois des concerts dans la cave de sa villa, des moments forts avec des copains musiciens et des jazzmen de passage qui viennent faire le Bœuf.

bario25De ce repère jazzique est venue l’idée d’organiser tous les ans en novembre ces Rencontres de Jazz comme l’explique son directeur artistique Alex Benvenuto « pendant ces 10 jours de jazz, nous avons voulu vraiment que ce soit de véritables rencontres entre musiciens, spectateurs, scolaires, habitants de la Gaude, ceux qui ne vont pas fréquemment  à des concerts de jazz, ceux qui pensent que c’est une musique trop savante, elle peut l’être mais elle peut aussi être populaire et festive…nous avons également donné un CD dans les écoles il y a un mois afin que les enfants, au moment où nous allons avec les musiciens dans leurs classes, ne soient pas surpris…au cours de cette manifestation, nous faisons feu de tout bois avec des musiciens régionaux et internationaux, ce sont quand même quelques 16 orchestres et 70 musiciens qui se produirons  aux quatre coins de la ville et puis, nous allons comme tous les ans décerner les « Trophées(1) du Jazz de la Côte d’Azur 2013 » qui récompensent les meilleurs artistes ou groupes qui ont brillé au cours de l’année. Il y aura aussi deux soirées de gala les 15 et 16 novembre avec le trio du pianiste américain Roman Collin (2) et du trompettiste sarde Paolo Fresu avec Daniele di Benventura au bandonéon (3). »

Paolo Fresu
Paolo Fresu

Dans ces rencontres, il y aura aussi du cinéma avec la projection de Inside Llevin Davis des frères Cohen (grand prix du jury au festival de Cannes 2013).  Il ne faut pas oublier également une soirée jazz manouche et une autre de musiques improvisées chères au pianiste Henri Roger, bien entendu, la Cie So What sera présente en 1ère partie de Romain Collin, rappelons que cette formation s’est produite cet été à Nice lors de l’exposition évènement Matisse et la Musique. Alors pas d’hésitation, toute cette semaine on jazze à la Gaude. Bonne route du 9 au 19 novembre.

 

Jean Pierre Lamouroux

 

(1)  11 groupes ont été sélectionnés par un jury : Yael Angel, Dies Goa Unit, Rossitza Milevska Trio, Djalamichto Quartet, Laure Hanska , Gimmick Trio, Hey-Hey Mama, Bastien Swing, Marius Quartet, Jean Baptiste Bolazi Trio, Louis Bariohay Trio

(2)  Romain Collin né à Cannes, après des études de piano classique il part aux USA et sort diplômé de la Thelonious Monk Institute. En 2009, il sort son premier album The Rise and the Fall of Pipokuhn, en 2012 deuxième album qui lui vaut une belle notoriété en Europe The Calling en trio avec Luques Curtis à la basse et Kendrick Scott à la batterie. A la Gaude, il sera accompagné de Felipe Cabrera à la contrebasse et de Lukmil Perez à la batterie.

(3)  Paolo Fresu n’arrête pas de surprendre, il n’est pas avare de partager son talent avec ceux qui, eux aussi, font progresser sa musique. On peut citer quelques compagnons de route : Dhafer Youssef le joueur de oud, la pianiste Carla Bley, le guitariste vietnamien Nguyên lê, Aldo Romano, le pianiste Uri Caine, Omar Sosa ou encore Bojan Z. Cette fois ci, il est à nouveau en duo avec un grand monsieur du bandonéon Daniele Di Bonaventura, un artiste né à Fermo en Italie, aussi brillant dans la musique classique que dans le répertoire jazz ou tango. Il parcourt depuis plusieurs années le même chemin musical que Paolo Fresu, on peut le constater dans l’enregistrement que les deux artistes ont réalisé Mistico Mediterraneo avec l’ensemble polyphonique corse A Fileta.

Louis Armstrong et  Louis Nucera
Louis Armstrong et Louis Nucera

A souligner que la marraine du festival n’est autre que Suzanne Nucera, avec son époux Louis, ils avaient accueilli Louis Armstrong (voir photo) lors du premier festival de jazz à Nice en 1948.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s