Je me souviens… / VIVA V.E.R.D.I !

Pour l’anniversaire de la naissance de Giuseppe Verdi (1813-1901), Jacques Barbarin inaugure une nouvelle série d’articles. « Je me souviens…« 

Portrait de Giuseppe Verdi
Portrait de Giuseppe Verdi

Je me souviens que le premier disque d’opéra que j’ai acheté Rigoletto,. Le London Symphonic Orchestra était dirigé par Richard Boninge, Le duc de Mantoue était  Richard Pavarotti, Sherril Milnes était Rigoletto, Joan Sutherland étant Gilda, sa fille.

Je me souviens avoir assisté à deux représentations de cette œuvre à l’opéra de Nice et à Acropolis. Celle qui me laisse un plus grand souvenir est celle jouée à l’opéra, peut-être plus émotive parce que plus sobre. La musique de Verdi est déjà un décor.

Je me souviens que, parfois au bureau, je chantais l’air de l’acte I scène 1 du duc de Mantoue « Questa o quella per me pari sono » ou celui, quelques mesures plus loin, de Rigoletto : « Voi congiurasto, voi congiurasto contre noi, signor… ». Je me souviens du regard effaré de mes collègues de travail.

Rigoletto

Je me souviens, avoir été figurant dans Aïda : j’étais un garde égyptien pendant l’air des trompettes. J’avais beau me démaquiller, après il en restait toujours quelque chose.

Je me souviens que je ne pouvais écouter sans trembler le « Dies Irae » du Requiem, même maintenant : j’avais l’impression que la terre s’ouvrait sous moi, comme Don Juan

Je me souviens du film de Daniel Schmid en 1984, «  Le baiser de Tosca », sur la Casa de riposto per musiciste, 1., dite aussi « Casa Verdi ». Je me souviens de ces vieux choristes qui disaient, ou à peu prés : « De toutes façons, sans chœur, il n’y a pas d’opéra ».

A propos de chœur, je me souviens que je ne pouvais écouler sans pleurer le « Va pensiero »² dans Nabucco, même maintenant :

Va, pensiero, sull’ali dorate;

va, ti posa sui clici, sui colli,

ove olezano tepide e molli

l’aure dolci del suolo natal!

Je me souviens qu’il a écrit une cinquantaine d’œuvres dramatiques, -opéras et mélodrames confondus- dont trois tirés de l’œuvre de Shakespeare : Macbeth, Falstaff et Le Roi Lear

Je me souviens (je n’y étais pas mais on me l’a rapporté) que sous l’occupation autrichienne de Milan, les étudiants défilaient en criant » Viva Verdi !» Ce qui n’était pas bien méchant, vous en conviendrez. Sauf que V.E.R.D.I était l’acronyme de Vittoro Emmanuele Rei D’Italia . Et ça change tout …

La maison de Verdi
La maison de Verdi à Milan

Je me souviens qu’il porte le même prénom que Garibaldi : il demeure, à ses cotés, une figure emblématique du processus de réunification de la péninsule italienne, le Risorgimiento.

Giuseppe Verdi est né en octobre 1813. L’art n’à pas d’âge. Buono compleanno, maestro !

Jacques Barbarin Octobre 2013

1 Maison de repos pour vieux musiciens à Milan financée par Verdi

² Chœur des esclaves hébreux déportés à Babylone

Va, pensée, sur tes ailes dorées
Va, pose-toi sur les coteaux, sur les collines
où embaument, tièdes et suaves
les douces brises du sol natal !

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s