Théâtre / Attention, humour proustien acide

L’humoriste Gaspard Proust se produit à Anthéa le 18 octobre. Ca va décaper. Attention, humour (très) noir !

« Si la mondialisation est une guerre et le savoir une arme. Pourquoi les pays occidentaux continuent de subventionner des écoles en Afrique ? Quand Gaspard Proust était passé au Théâtre National de Nice en 2010 et 2011, il avait fait grincer des dents avec son spectacle « Enfin sur scène ». Des grincements qui avaient plu puisqu’il était passé de la petite à la grande salle d’une année sur l’autre. Pour un tel spectacle, on gardera quand même une petite préférence pour l’intimité des petites salles. D’abord parce qu’il est plus facile de ressentir l’ambiance et l’humeur du public, de jouer avec lui.

Gaspard Proust

Car Gaspard Proust est jouissif d’irrévérence et de cynisme. Seul sur scène, presque immobile, avec un ton hautain ou arrogant, dans une costume très BCBG,  il démolit tous les préjugés et les tabous de notre monde avec philosophie, sens du verbe et de la répartie, provocation mais surtout avec cette incorrection jubilatoire. Cela fait du bien. Il rit de tout. « Que les Japonais aient construit des centrales nucléaires, c’est un peu comme si Israël avait produit du Zyclon B après la guerre. » Et ce n’est qu’un tout petit aperçu. « On dit les juifs malins mais ils sont allés se bagarrer pour la seule terre peuplée d’Arabes sans pétrole ! » Tout y passe. Les religions notamment. Le bouddhisme est assimilé à la dépression nerveuse occidentale puisque la recherche d’un nirvana où le désir a disparu. L’Islam est « Trop sophistiqué. Trop contemporain » pour Gaspard Proust qui décrit  le 11 septembre comme une création artistique. Les handicapés ? « On ne s’en moque pas. Pourquoi ? Par superstition ». La politique, les femmes, la philosophie, la pédophilie… Il ne tombe jamais dans les clichés, la grossièreté, l’obscénité ou les stéréotypes. Sa finesse d’écriture et son ton rappelle Pierre Desproges inévitablement. A la différence qu’il a l’esprit d’aujourd’hui dans sa manière d’emmener son texte sur la pente glissante, d’interpréter ses sketchs, d’avoir sa langue aiguisée comme un rasoir philosophique. Celui qui fut banquier avant d’être révélation comique 2010 fait exploser la salle de rire avec son humour noir décapant, en prenant toujours la direction que l’on n’attend pas.

Ce comique à la dynamite, à l’acide corrosif a quelque chose de salvateur en cette période où les médias demandent à la parole humoristique d’être de plus en plus calibrée dans les stand-up que l’on nous vend dans les médias. Sans donner un blanc-seing à Stéphane Guillon, cela fait du bien d’avoir un humoriste totalement irrévérencieux avoir ce succès et « tapiner » sur Canal+ dans l’émission d’Ardisson depuis une année. Il remplaçait d’ailleurs… Stéphane Guillon. Les humoristes ont  ce devoir d’irrévérence. Ils sont des exutoires et des révélateurs. Ce vitriol comique est indispensable à notre santé démocratique et républicaine. Gaspard Proust va continuer de tapiner – tel que l’évoque le nom de son nouveau spectacle, partout en France.

Sa tournée s’arrête à Antibes le 18 octobre à Anthéa.  Alors en avant Proust !

Julien Camy

Durée 1h20
Théâtre Anthéa – salle Jacques Audiberti
Vendredi 18 octobre 2013 | 20h30

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s