image Jazz / Un bel automne pour la Note Bleue

Il n’y a pas si longtemps, après les festivals de Nice et d’Antibes il n’y avait plus de grands  rendez vous jusqu’à la fin de l’année, désormais le calendrier est bien rempli et les dates des concerts se succèdent jusqu’à Noël.

Le New Jazz Festival attaque gaillardement sa 4ème année, le festival de guitare fête ses 14 ans au mois d’octobre,  la Tangente de la MJC Picaud à Cannes programme aussi du beau monde et le Monte Carlo Jazz Festival clôturera l’année en beauté mais nous y reviendrons. En route, donc, pour le New Jazz Festival qui multiplie de plus en plus les lieux de concerts, son créateur David Benaroche a réussi à convaincre d’autres passionnés du jazz qui, toute l’année, accueillent de nombreuses formations azuréennes chaque week-end.

Raul Midon
Raul Midon

Cette année, aux quatre coins de la ville de Nice, ce sera la fête à la Cave Romagnan, au BSpot, au Shapko au Jam et, bien entendu dans les deux principales salles niçoises, le Théâtre Lino Ventura à l’Ariane et le Cedac  salle Stéphane Grappelli qui a reçu déjà tant de stars du jazz depuis plus de 20 ans. Le musicien qui a ouvert le bal cette année c’est le pianiste Jean Pierre Como bien connu sur les terres azuréennes où il a enregistré de nombreux titres, pour son 9ème album Boléro, il nous promène sur tous les continents avec des rythmes qui ont pris une part importante dans ses compositions et s’il a fait appel  au percussionniste  Minino Garay c’est qu’il y avait « anguille sous roche ».

Quant à samedi dernier, c’est un vaste public qui est venu entendre Chris Potter, un immense saxophoniste qui fait le bonheur des grands jazzmen tels que Herbie Hancock, Dave Holland, Pat Metheny et bien d’autres, pour ce concert, il était accompagné d’un bassiste des plus talentueux Larry Grenadier. Le 7 octobre et Raul Midon, le rendez vous musical à Lino Ventura est certainement un exemple de l’image que veulent donner les deux hommes forts des Musiques Actuelles et du jazz, Romain Vigna directeur et programmateur de la salle et David Benaroche de l’association La Ruche et coproducteur avec la ville de Nice pour de nombreuses manifestations « je suis fan de jazz mais je crois qu’il faut fédérer les rockers, les jazzmen, les guitaristes de l’électro, de la pop  et du blues…on voit bien que de nombreux artistes se positionnent avec les musiques actuelles, si nous avons programmé Raul Midon c’est pour cette raison, et écoutons les rythmes de pays lointains, il y a une âme, le jazz musique en éternel renouvellement fait bonne figure en empruntant quelques chemins de traverses…de la même façon, nous accueillerons en novembre le guitariste John Scofield, jazz ou pas jazz, c’est quand même Miles Davis qui l’a engagé et pas pour jouer une douce et câline chansonnette… ».

Carla Bley
Carla Bley (photo Christian Ducasse)

Le grand moment de ce mois d’octobre, toujours dans le cadre du festival, c’est la venue de Carla Bley, le Cedac l’accueillera en trio avec toujours ses inséparables musiciens, le bassiste Steve Swallow et le saxophoniste Andy Sheppard. Carla aime bien venir à Nice, elle connaît même les bons coins et particulièrement elle aime déguster les crustacés au café de Turin. Elle avait fait un tabac en 2008 au Nice Jazz Festival avec un big band de 17 musiciens « je mets toutes mes inspirations au service de tous les instruments » disait elle. Une vie de pianiste et de leader bien remplie, il serait trop long d’évoquer toutes les étapes de l’une des compositrices des plus originales, dés 1964, Pharoah Sanders ne s’y est pas trompé. A partir de là, elle sera le plus souvent « le Boss » choisissant le style de formation adaptée à ses compositions comme par exemple en quintet ave Steve Lacy et Aldo Romano, elle va écrire pour Gary Burton, elle demandera à Keith Jarret de jouer son œuvre 3/4 en 1974. Ensuite, elle veut intégrer des instruments peu habituels dans

John Scofield
John Scofield

le jazz comme le cor, ce sera aussi l’une des premières à utiliser le synthé mais ses collaborations se feront toujours avec des musiciens avant-gardistes comme Charlie Haden et des aspirations musicales proches de Kurt Weill. Il faut dire qu’à chaque fois qu’elle a changé de registre, personne n’est resté insensible en écoutant cette grande dame du jazz.

Nous reviendrons sur ce festival qui se poursuit jusqu’au mois de novembre avec la venue de la famille Belmondo (il y aura une grande surprise avec cette formation), on pourra aussi découvrir quelques artistes qui montent comme la chanteuse du Cap Vert Mayra Andrade sans oublier le groupe niçois qui commence à faire parler de lui le Jimi Brown Expérience fondé et dirigé par Fred D’Oelsnitz, il fera la première partie de John Scofield. Rappelons que la manifestation se déroule sur six endroits différents.

Bye Bye et vive le jazz !

 

Jean Pierre Lamouroux

http://www.imagoproduction.com
Tel : 09 54 26 15 91 / 06 11 30 96 91

 

 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s