image Théâtre / Pièces de Bœuf à Antibes

Hé oui, le Bœuf est toujours fringant, 36 ans que le rendez vous annuel du seul café théâtre d’Antibes tient debout et même, on pourrait dire que cet étrange animal a grossi, il se permet de ruminer dans tous les coins de la CASA.

Fashion Bio
Fashion Bio

Que de chemin parcouru par sa créatrice comédienne Monette Candela quand elle débarque de Lorraine  pour arriver avec toute sa famille à Antibes où le seul pôle artistique est la Compagnie des Remparts. Sans lieu fixe, elle part en camion sur les routes azuréennes et bien au delà, le succès aidant, avec des amis, ce sera la naissance du Théâtre de la Marguerite, depuis, tout s’est enchaîné très vite au fil des décennies, il y aura la création du Bœuf (un nom adopté au cours d’une soirée grillades), c’est l’époque où l’on s’entassait dans la joie et la bonne humeur sur des bancs dans la Maison des Jeunes face aux remparts. Ensuite tous les spectateurs fidèles ont suivi au café théâtre de la Scène sur Mer, encore de beaux souvenirs, toujours plus haut, ce sera Fémin’Arte, pourquoi ce nom ?

Parce que conçu et réalisé par des femmes. Il y aura aussi une école de théâtre et des interventions en milieu scolaire et comme disait Monette « le théâtre ou le café théâtre, c’est fait pour apprendre les choses de la vie, on peut rêver, rire, crier et même pleurer…c’est une drogue saine ». Cette drogue, elle l’a faite partager à de nombreux comédiens qu’elle a accueillis à Antibes en les logeant, les nourrissant comme une grande famille. Depuis, de nombreux artistes réalisent de belles carrières pour n’en citer que quelques uns : Vincent Rocca, Ged Marlon, Trinidad, Roland Magdane, Marianne Sergent, Dau et Catella, etc. Une petite entreprise qui fonctionne aussi depuis sa création avec des dizaines et des dizaines de bénévoles, tout ce petit monde fait tourner la baraque. Comme dans les contes de fée, il y a eu une juste récompense avec sa fille Fabienne qui a pris la relève avec le même esprit que sa mère, la même volonté d’offrir des spectacles toutes les semaines, une ténacité qui a payé car la ville d’Antibes a aménagé l’ancien tribunal d’instance avec en haut des bureaux et en bas un théâtre de 74 places.Le Bœuf Théâtre, animal voyageur pourra donc être vu au Tribunal mais aussi dans diverses communes de la CASA et dans la salle du Fort Carré.

Nad Compagnie

Alors quels invités pour ce Boeuf ? Ne vous attendez pas à applaudir les stars de la spécialité…trop chers mais tant mieux, depuis plusieurs années de nombreux comédiens se sont lancés et les productions qu’ils présentent sont d’une grande qualité, très créatifs ces artistes sillonnent la France, bien entendu le métier n’est pas toujours facile comme le précise Luc Antoni qui se produira à Valbonne – espace de la Vignasse avec un spectacle qu’il a baptisé « Pourquoi rester soi même ? » un confrère du Figaro, B. Dicale dit de lui « une cruauté généreuse que l’on voit chez les salauds  de Michel Serrault ou les crapules de Jean Yanne. Luc Antoni reconnaît qu’il faut batailler dur pour gagner sa vie « sans impresario, il faut savoir se vendre ce que je ne sais pas faire, dans les grandes villes il faut désormais louer sa salle mais côté artistique, pour moi c’est un peu le drame de ma vie, il faut absolument faire rire pour vivre,, on est super cloisonné et, de plus, on voit bien, je parle en général, il y a un complexe de l’artiste, supérieur pour du théâtre, inférieur pour celui du café théâtre donc, pour nous il faut créer sans cesse afin de renouveler nos spectacles ce qui demande une forte mobilisation de travail quand vous dressez des portraits d’hommes politiques ou d’affaires, quand vous croquez l’actualité…Bref, toute la journée, j’écoute, je regarde et j’emmagasine pour, peut-être, amorcer un déclic de sketch. »

Un peu la même réflexion avec Marc Gelas qui se produira à l’auditorium de St Paul de Vence pour un Best Off, c’est un maître en la matière du non sens, pince sans rire, il sait amener son public dans son univers où l’humour est omniprésent « sans me vanter, c’est un peu inné chez moi, avant que je n’entre dans ce métier, mes collègues étaient morts de rire à chaque fois que je balançais une histoire…parfois, il y a un peu de chance qui vous sourit, j’ai travaillé sur France 3 pour l’émission La Classe et puis, après il faut savoir se vendre, absorber tout ce que l’on voit et entendre et retourner les choses à sa manière…au début, ça paraît anodin et pouf…au milieu tu cales, c’est chiant, alors tu recommences sur un autre chemin, c’est sûr, notre métier est très dur, nous sommes nombreux et les directeurs de salle sont peureux, si tu n’es pas passé à la télé tu as moins de chance. C’est évident, ceux qui ont réussi à passer régulièrement sur le grand écran ont fait une meilleure carrière mais…bon, je survis, je continue dans mon registre, analyser le ridicule de certaines situations, y mettre le piment, du loufoque, chercher l’effet physique avec son visage, avec un geste, un son, une attitude, un silence, en fait il faut avoir une identité… ».

Chiche Capon
Chiche Capon

Toutes ces individualités, on va les retrouver fin septembre et début octobre avec notamment la troupe Actor Studieux, 6 comédiens pour Nono ou encore Damien Jayat pour Basic Einstein une histoire de pinceaux et d’un gastéropode. Fabienne Candela, directrice artistique est aussi metteuse en scène, elle s’est attelée à un texte de Nicolas Bedos, Promenade de Santé, avec la Cie Les Arts Muse de Gueule, une histoire d’amour à la Bedos, vous voyez donc à quelle sauce ils seront traités les amoureux. Le spectacle de Clément Brun est d’actualité, il évoque justement le chemin que parcourt un comédien de café théâtre. Un peu comme Gelas pour le côté loufoque, on ne devrait pas s’ennuyer avec le duo Romain Louvet et Vincent Lahens avec Le Bol Ikea. Le Bœuf est heureux d’accueillir encore une fois la Cie Chiche Capon pour La 432, là aussi comme le précisait Gelas, une saison de chroniques sur France Inter a ouvert aux 4 comédiens de cette compagnie les portes des grandes scènes, une chose est sûre, c’était du délire quand ils sont venus au Bœuf de 2010, il devrait en être de même pour cette édition 2013.

On ne peut évoquer tous les spectacles prévus pour ce 36ème anniversaire mais il sera difficile de s’ennuyer aux quatre coins de la CASA. Fabienne a mis un an pour concocter ce rendez vous et il paraît même qu’elle a déjà une idée pour l’an prochain, en attendant du 26 septembre au 5 octobre, suivez le Bœuf !

 

Jean-Pierre Lamouroux

 

04 93 34 11 21 – 06 43 44 38 21

http://www.boeuf-theatre.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s