galerie Cinema / Eté meurtrier en Corse – LES APACHES de Thierry De Peretti.

LES APACHES de Thierry De Peretti.

Inspiré d’un fait divers tragique qui s’est déroulé à Porto- Vecchio, le premier film du Cinéaste-comédien d’origine Corse, ne s’embarasse pas de précautions sur les mentalités comme sur les clichés . Son regard sur la violence, l’héritage culturel est passé au crible avec une acuité qui défie tous lieux communs des représentations dont l’île de beauté est souvent l’objet… du beau travail .

LES  APACHES  6  (  Les  Cinq  « visiteurs »  de la  villa )

Un nuit d’été en corse, un groupe d’adolescents s’installent dans une luxueuse villa innocupée pour y passer la nuit. Quatre jeunes garçons et une fille, prennent possession des lieux avec une certaine insouciance qui fait comprendre qu’ils ne sont pas totalement en terre inconnue . En effet l’un d’entre ‘eux, Aziz ( Aziz El Hadachi) , sait qu’ils ne seront pas dérangés et peuvent faire la fête, la propriétaire – dont son père est l’employé et qu’il aide à l’occasion à l’entretien des lieux – étant absente. Au petit matin ils quitteront la demeure emportant,contre l’avis d’Aziz furieux de cet imprévu, quelques objets dont deux fusils de collection. Une soirée …et un petit dérapage dont les conséquences vont très vite s’amplifier lorsque la propriétaire de retour de la capitale veut porter plainte et qu’une de ses connaissances , un petit Caïd local a qui elle s’est confiée, lui propose de  régler  l’affaire « comme on le fait ici …la Police ?, si t’as besoin de rien tu les appelles !». Les mécanismes de l’héritage culturel se mettent en marche…

LES  APACHES 2 –  l’Arme de la   discorde ( François -Joseph Culioli )-

Les quatre amis adolescents de la cité balnéaire, dont deux qui sont nés au pays , François Jo-( François-Joseph Culioli) et Jo ( Joseph Ebrard);  et deux d’origine Marocaine , Aziz et son ami Hamza ( Hamza Meziani ) et leur copine, Maryne (Maryne Cayon ), vont devoir rendre les objets volés et faire des excuses…sauf que les fusils de collection ont déjà changé de main. Dès lors, le quatuor en question va voler en éclats !. La crainte de voir le secret de la solidarité être compromis … la peur,fait sourdre les vieux réflexes liés aux tradition et à l’histoire, conduisant à l’inexorable. Au delà du fait divers , c’est le pourquoi du comment que Thierry De Peretti a voulu donner à comprendre « trois jeunes gens sans histoire en ont tué un autre et l’ont enterré dans la forêt (…) il fallait me confronter à des questions qui sont centrales aujourd’hui en Corse : la question du rapport à la violence , la question du meurtre et par extension, celle de l’héritage, au drame. De qui hérite-t-on quand on naît à tel ou tel endroit et avec son histoire », dit-il dans le dossier de Presse. Et la force du film est là, dans la conduite d’une récit qui démonte habilement les mécanismes d’un implosion qui au delà du groupe va s’étendre à toutes les composantes de la communauté de l’île, et même au delà . Portant , selon le cinéaste , une dimension politique bien plus large «  je pense que l’île est aujourd’hui un des endroits où on peut sentir au mieux ce début de 21 ème siècle »

APACHES  4( au premier  plan , Aziz /  Aziz  El Haddachi)

C’est donc sur les lieux mêmes du drame qu’il a voulu tourner son premier long métrage, avec, en toile de fond la résonance du fait divers encore présente dans les esprits et avec des comédiens ( ils sont tous épatants ) recrutés sur les lieux , dont le jeune Aziz qui interprète le rôle de la victime qui est originaire du quartier même où vivait la vraie victime. Un ancrage nécessaire qui permet de tourner le dos aux clichés  et aux artifices ( la mise en scène les évacue au profit d’une sorte d’impressionisme ) en pointant les réalités des lieux et des gens qui les habitent. Ainsi en une sortie dans la ville embouteillée par les touristes, les commentaires qui fusent en disent long sur le sentiment de l’autochtone rejetant en bloc touristes « lambda » et spéculation immobilière qui défigure le paysage . Mettant en lumière les tensions entre l’héritage culturel et ancestral , et le modernisme tout crin,qui vient détruire le territoire .

LES  APACHES  5 (  Sous le soleil de  l’île de  beauté )

Comme le révèle le beau et subtil travail d’une mise en scène ( superbe photographie de Hélène Louvrat ) qui focalise son regard sur la laideur des lieux, reflet d’une modernité spéculative qui gangrène le paysage et la nature, comme le symbolisent ces terrains vagues et ces zones industrielles d’une banlieue aussi inachevée qu’anarchique et sans âme.
C’est dans le même constat que se reflète la radicalisation des rapports entre communautés. Et se concrétise par ce racisme et ce rejet , dont Thierry De Peretti, a souhaité faire un des enjeux de son film, parce que le fait divers en question s’étant soldé par le meurtre d’un jeune Marocain. Une réflexion sur la violence et aussi une manière de la transcender par la mise en représentation douloureuse qui au- delà des jeunes gens concernés, se fait le reflet d’un trauma collectif . C’est ce défi là, que réussit magnifiquement le cinéaste insufflant au cœur de la séquence ce sentiment de pulsion irrépressible justifiée par une sorte d’impunité qui renvoie à cet héritage dans lequel le cinéaste l’inscrit « comme si on était dans un endroit où l’impunité est telle qu’on se dirait : on peut le faire » dit -il .
Le film secoue … et la séquence finale ,qui le clôt, dans la même villa avec une autre soirée ( filmée en longue focale) et des jeunes gens insouciants, s’enivrant d’alcool et de musique, qui laisse planer une inquiétude, n’est pas de nature à lever le malaise.
(Etienne Ballérini )

LES  APACHES  de  Thierry De  Peretti  (2013 )-  Avec :  François -Joseph Culioli, Aziz El Haddrachi, Hamza Meziani, Joseph  Ebrard , Maryne Cayon, Andréa Brusque, Danielle  Arbid, Michel Ferracci…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s