image Cinéma/ terreur en Mer … HIJACKING de Tobias Lindholm.

HIJACKING de Tobias Lindholm.

Piraterie en mer : le navire d’une société Danoise est arraisonné dans l’Océan indien par des pirates Somaliens qui prennent en otage l’équipage et demandent une forte rançon. Evitant l’écueil des effets et du spectaculaire, le traitement réaliste de la situation restitue le lourd climat des tensions des négociations et des rapports entre pirates et otages qui, au delà des enjeux et du suspense, offrent une perception subtile des rapports des forces et humains,  en situation extrême

hijacking-210626-20521406( Pilou Asbaek,  le cuisinier otage )

Ils sont sept les membres de l’équipage à bord du navire de frêt de la société «MVRosen», face au commando de pirates déterminés coûte que coûte a obtenir la rançon. Ils ne sont que des objets de négociation, des pions sur un échiquier qui vont servir de monnaie d’échange. Parmi eux, il y a le cuisinier Mikkel (Pilou Sabaek ) marié et père d’une petite fille qui se retrouvera au cœur des négociations du commando avec Peter (Soren Malling) , l’armateur du navire qui -conseillé par un expert en sécurité – depuis le Danemark va engager les pourparlers pour faire libérer ses employés et tenter de récupérer son navire.

Tobias Lindholm construit son récit en se concentrant quasi exclusivement sur les négociations qui s’éternisent et les rebondissement qui s’y inscrivent au cœur , mettant en évidence tous les aspects qui en révèlent à la fois la part obscure qui y préside, et la tension à laquelle les hommes qui en sont les enjeux, sont soumis. La part obscure, c’est celle qui contraint au bras de fer psychologique doublement révélateur d’une gestion de crise par une société marchande qui dans la négociation de la rançon doit faire valoir la défense de ses intérêts tout en veillant à ce qu’ils ne mettent pas en danger les otages. Le récit distille, habilement, à cet égard les scènes qui reflètent cette réalité , mettant en lumière le contrôle de l’information ( avec la presse et les familles ), les multiples aspects du marchandage et du chantage , avec ces incroyables séquences de « bluff » sur les chiffres, sans oublier celles psychologiques ( multiples humiliations et simulacres d’exécutions… ) auxquelles les otages sont soumis.

hijacking-210626-21009465_2013053011441833 ( le pirate  et son otage )

Un montage habile en forme d’échanges de ping -pong habiles entre les ravisseurs du navire et les bureaux de la société , inscrit l’insoutenable d’u suspense psychologique qui traduit admirablement le « fil du rasoir » d’une situation qui, à tout moment, peut basculer dans l’irréparable, et la tragédie. A cet égard le travail  ( utilisation des espaces , rigueur réaliste du récit…) de Tobias Lindholm est remarquable dans l’intensité dramatique qu’il suggère, et dont il fait percevoir en un crescendo l’inexorable de la violence qui s’y inscrit en même temps que l’impuissance du désespoir qui s’installe imperceptiblement au fil des jours de la captivité des otages , mais aussi dans les bureaux de l’entreprise où les impasses des négociations mettent à mal la stratégie. Son refus des effets ( l’assaut du navire par le commando n’est pas montré ) et de la caricature ( y compris dans le groupe de pirates ), laisse place à l’expression et a la dimension de la complexité des comportements moraux et humains. Illustrée notamment par le personnage d’ Omar ( Abdihakin Asgar) pris entre deux feux chargé de faire le « lien » entre les ravisseurs, les otages et leur chef d’entreprise.

hijacking-210626-20521404  ( Soren Molling , le chef d’entreprise )

Une dimension humaine servie par des comédiens qui, par l’intensité de leur jeu, en font sourdre magnifiquement toute les subtilités , comme celles que cache sous son apparente impassibilité, Peter le Chef d’entreprise. Mais c’est surtout Mikkel , le plus exposé qui en offre la dimension la plus déchirante, lorsqu’il perd pied soumis aux pressions. Par ses partis-pris et ses choix de mise en scène , Tobias Lindholm, qui s’est fait connaître comme scénariste de la célèbre série de Politique-Fiction Borgen , et des films Submarino ( 2010) et La Chasse ( 2012) de son compatriote Thomas Vinterber se montre à son avantage, comme cinéaste, pour son second film ( il avait réalisé son premier R, en 2010 ) où la virtuosité de son écriture – sur un sujet qui y est trop souvent soumis – défie le spectaculaire du suspense attendu, en lui apposant la force de l’intensité dramatique et psychologique voulue distillant le ressenti d’une vraie angoisse et terreur vécue, suspendue à une issue incertaine…

(Etienne Ballérini)

HIJACKING ( Kapringen) film Danois de Tobias Lindholm – 2013- Avec : Pilou Asbaek, Soren Malling, Dar Salim, Abdihakin Asgar, Roland Moller …

Publicité

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s