image Cinéma / Pacific Rim , la guerre des Monstres

PACIFIC RIM de Guillermo Del Toro.

Super Monstres marins ( Kaiju) contre Robots géants( Jaegers ) … planète en danger d’anéantissement. L ‘auteur du Labyrinthe de Pan tire son épingle du jeu en injectant dans le genre et le blockbuster, les éléments du conte fantastico-psychanalytique de son univers cinématographique qui ont fait sa notoriété. Et l’inventivité et l’originalité continuent d’être le fil conducteur d’une réflexion sur la capacité de l’homme à savoir faire face aux multiples visages des forces du mal …

 

20183984.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

( au premier  plan : Charlie Hunnam  et Rinko Kikuchi )

 

 

Dans  Le  Labyrinthe de  Pan, il avait cette petite fille qui trouvait dans le refuge de l’univers fantastique et mythologique, certaines réponses à la barbarie des forces du mal que symbolisaient, alors, les hordes franquistes poursuivant les résistants Espagnols . De la même manière que le jeune héros survivant de Hellboy allait se muer en justicier pour aller chercher jusque dans les profondeur,Hellboy 2 , les légions d’or maudites, le ver dans le fruit du germe de la bête immonde.

Preuve que les obsessions du cinéaste sont bien ancrées, on les retrouve dans Pacific Rim au travers du personnage de la jeune femme Japonaise Mako ( Rinko Kikuchi ) choisie pour faire binôme avec Raleigh ( Charlie Hunnam) dans le robot géant destiné à terrasser le monstre marin,. L’explication, en flash-back , des raisons qui l’ont conduite à vouloir se retrouver face à lui pour exorciser une terreur d’enfance n’est pas sans avoir de rapport avec la mission, qu’elle doit remplir aujourd’hui .

Et on y retrouve également au travers de la recherche de la solution qui va permettre de venir à bout du monstre marin en pénétrant son cerveau , le questionnement sur les possibilités de l’homme à trouver la « faille » qui puisse permettre de l’anéantir.
En bref , comment pénétrer le cerveau du monstre afin d’annihiler son système de défense , seule arme fatale pour remporter le combat ? .
C’est bien le defi qu’ont révélé les différentes phases des combats et des échecs consécutifs enregistrés. Et Guillermo Del Toro utilise – habilement- cet argument comme un double enjeu qui va lui permettre non seulement de satisfaire la nécessité des investissements ( 180 millions de dollars) du spectacle et des effets spéciaux ( d’ailleurs bluffants!) en les déclinant comme une gigantesque et Titanesque fresque aux dimensions épiques. Fresque au cœur de laquelle la dimension humaine,voire politique, est loin de passer au second plan. Car c’est bien elle qui détient le clés.

20414572.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Idris  Elba  et Charlie  Hunnam

Dès les premières séquences on est mis en présence des enjeux de pouvoir stratégiques et politiques qui en découlent. Face à l’anéantissement de la planète , si, les guerres « locales » ont été mises en sommeil , les intérêts financiers ( des grands trusts) n’en sont pas pour autant absents quand il s’agit de faire les choix stratégiques de matériels de défense quand bien même se révéleraient ils obsolètes… de même qu’une guerre étant toujours une guerre , celle-ci ne manque pas de générer trafics et autres marchés noirs dont un certain Hannibal ( Ron Perlman) tire les ficelles. C’est en rupture avec le choix du pouvoir politique que s’organisera la résistance sous la houlette du chef Stacker ( Idris Elba), ce combattant qui fut hier, le héros aux commandes des premiers robots géants contre l’ennemi venu du fond des mers.

 

Pacific-Rim-Jeu-Photo-05

l’affrontement  :   Kaiju /  Jaeger  ( de  dos )

Au cœur de ce combat de résistance, et au delà des rivalités et autres sources de conflits qui guettent toute communauté et qui ne manquent pas d’offrir à Guillermo del Toro quelques belles oppositions de caractères dont il a le secret. Il y a surtout, ici , les portraits croisés d’individus qui doivent faire des choix de survie dont la dimension individuelle s’inscrit dans la nécessité collective. Il s’agit donc de laisser la dimension de son nombril au vestiaire . Les Forces nécessaires au combat se déclinant en binômes ( droit et gauche )comme celles du cerveau, pour faire face aux monstres dotés, eux aussi , de deux cerveaux.
il s’agit , donc, de mettre les neurones au service de l’intérêt général, de la même manière que l’ intelligence psychologique doit trouver, littéralement dans la pénétration du cerveau de l’ennemi les réponses pour se défendre. A cet égard est emblématique de cette , nécessité le beau portrait des deux savants scientifiques du service des recherches qui vont trouver dans une rivalité aussi amusante que stimulante, les éclairs de génie , de folie, et de lucidité Sortes de Docteurs Folamour ( clin d’oeil à Stanley Kubrick ) qui , eux , ne sauteront pas avec l’arme  destructrice, mais seront complices d’un final libérateur des peurs primales.

Celles que le film réveille et reflète dans le sillage des cauchemars d’apocalypses que les films de genre d’hier ont exploré au fil des dangers et peurs ( ennemi extérieur ou de l’intérieur, guerre froide , danger nucléaire, …) pour les exorciser sous les formes de Martiens , Godzzila, Dinosaures ou Aliens . Et qui aujourd’hui reviennent, embrassant le gigantisme des formes et des effets numériques pour en exorciser d’autres ( terrorisme , mutations génétiques ou climatiques …), nous renvoyant à la mémoire la persistance de la figure monstrueuse d’un danger toujours prêt à (re )faire surface… pour peu qu’on baisse la garde. Faisant écho , également , à cette conception paranoïde du monde présente dans l’oeuvre de Philip K. Dick, renforcée par la surenchère d’images jouant sur la dimension apocalyptique…
(Etienne Ballérini)

Pacific  Rim  de  Guillermo del Toro  ( 2013 ) –  avec  Charlie  Hunnam, Idris  Elba, Rinko Kikuchi , Ron Perlman , Charlie Day

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s