Cinéma / 75e Festival de Cannes (23 mai)

Sélection Officielle – En Compétition

Cannes 2022 - Les-Crimes-du-futur - David Cronenberg
Les Crimes du futur – David Cronenberg – Crédit photo : Metropolitan Film

Les Crimes du Futur (Crimes of the Future) de David Cronenberg (SF/Fantastique – Canada, Grèce, France – 1h47)
En mars dernier, puis en avril (…peu après l’annonce de la Sélection cannoise), la presse indiquait que David Cronenberg (79 ans) avait mis en vente le NFT de ses calculs rénaux… Dans un entretien accordé au magazine Deadline, début mai, il annonçait que Les Crimes du futur allait choquer : «Je suis sûr que des gens quitteront la salle dans les cinq premières minutes du film. J’en suis sûr. Certains ont vu le film et pensent que les vingt dernières minutes seront très dures, et que des gens partiront (…) »
Si ce n’est pas de la promo
(ou du buzz), ça y ressemble beaucoup, néanmoins Les Crimes du futur n’a pas vraiment choqué ni provoqué de scandale comme ce fut le cas pour Crash en 1996. Le titre original est celui du 2d long métrage (1969) du cinéaste dont il développe certaines idées sans en faire un remake.

Dans un futur proche, non daté, dans un univers plus gothique que high-tech, dont on ne saura pas grand chose sur le fonctionnement, pas très réjouissant (« Le temps est venu d’arrêter de voir. Le temps est venu d’écouter », « La chirurgie est le nouveau sexe »), alors que l’espèce humaine s’adapte à un environnement de synthèse, le corps humain est l’objet de transformations et de mutations nouvelles. Avec la complicité de sa partenaire Caprice (Léa Seydoux), Saul Tenser (Viggo Mortensen), célèbre artiste performer, met en scène la métamorphose de ses organes dans des spectacles d’avant-garde. Timlin (Kristen Stewart), une enquêtrice du Bureau du Registre National des Organes, suit de près leurs pratiques… Le film marque le retour de Cronenberg à la SF. Dans sa Note d’intention, il déclare :« (il) prolonge des thèmes que j’ai déjà abordés. Les fans repéreront des clins d’œil à des scènes et passages de mes films précédents. C’est une manière de poursuivre mon exploration de la technologie liée au corps humain. » A propos de ce corps humain qui le fascine, l’obsède, l’objet de tous les délires (parfois passionnants) qui parcourent son cinéma, il souligne : « Je me décrirais comme un existentialiste, dans ce sens que nos cellules physiques nous définissent : le corps est notre essence. Toutes nos perceptions viennent de nos fonctions physiques : nous ne voyons pas la même chose qu’un insecte pourvu de huit yeux, tout vient de nos corps. Par ailleurs, ce que l’on capte le plus lorsqu’on est réalisateur, ce sont des images de corps. J’aime jouer avec ça »  (entretien à Aujourd’hui du 23 mai).
A l’arrivée, ni choc ni surprise. Les Crimes du futur, qui privilégie les dialogues au détriment de l’action, sans pour autant développer de pistes de réflexion, recycle les thèmes et obsessions du réalisateur et ne devrait satisfaire que ses inconditionnels. Au niveau de l’interprétation, seul Viggo Mortensen (acteur fétiche du réalisateur dont le personnage de Saul Tenser semble être le clone…) tire son épingle du jeu.

Les Crimes du futur (Crimes of the future) de David Cronenberg, avec Viggo Mortensen, Léa Seydoux, Kristen Stewart (SF/Fantastique – Canada, Grèce, France – 1h47 – Date de sortie : 25 mai 2022)

La bande annonce du film (Metropolitan Film – Vostf – 1mn25)
La conférence de presse du film (Festival de Cannes – France.tv/Brut – VF – 30mn)
Site officiel du Festival de Cannes
Le Festival de Cannes sur France.tv

Philippe Descottes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s