Cinéma / 74e Festival de Cannes (12 juillet)

Sélection officielle. En compétition

Bergman Island de Mia Hansen-Løve

CiaoViva- Cannes 2021 - Bergman Island
Bergman Island – Vicky Krieps et Tim Roth – Crédit photo : CG Cinéma

Il y a très probablement une bonne part d’autobiographie dans ce nouveau film de Mia Hansen-Løve qui fut la compagne du critique et cinéaste Olivier Assayas par ailleurs l’auteur d’un livre d’entretiens avec Ingmar Bergman.
Le temps d’un été, Tony (Tim Roth) et Chris (Vicky Krieps), un couple de réalisateurs, s’installe sur l’île suédoise de Fårö, où vécut et travailla Ingmar Bergman. Si le scénario de Tony avance, Chris, moins aguerrie, met plus de temps. Aussi fait-t-elle part de son projet à son mari. C’est l’histoire d’Amy (Mia Wasikowska), une cinéaste invitée au mariage d’une amie, qui retrouve son amour de jeunesse, Joseph (Anders Danielsen Lie). Un couple va affronter une crise tandis qu’un autre se reforme. Mais la frontière entre fiction et réalité se brouille…
Si le couple a été l’un des thèmes de Bergman (Scènes de la vie conjugale auquel il est fait référence malicieusement : «le film qui a fait divorcer des milliers de couples »), Mia Hansen-Løve le traite à sa façon, son film à l’image lumineuse contrastant avec le cinéma sombre et tourmenté du maître suédois. On peut y voir aussi une réflexion sur la création artistique. L’une des autres pistes abordées mais qui n’ira pas non plus jusqu’au bout. Malgré l’omniprésence de Bergman et de ses fantômes (on s’attend à voir apparaître Monika ou le chevalier du Septième Sceau) Bergman island n’est ni un drame bergmanien ni un drame intimiste et laisse l’impression d’un film léger, sans plus.
Avec Vicky Krieps, Tim Roth, Mia Wasikowska, Anders Danielsen Lie, Joël Spira (France/Allemagne/Belgique/Suède – Comédie dramatique – 2020 – 1h52 – Date de sortie : 14 juillet 2021)

Julie (en 12 chapitres) de Joachim Trier

CiaoViva - Cannes 2021 - Joachim Trier
Joachim Trier – Crédit photo : Philippe Prost

Avec Julie, le cinéaste norvégien retrouve Anders Danielsen Lie, le comédien fétiche de ses deux premiers longs métrages (Reprise, Oslo 31 août), tout en continuant d’explorer en partie la voie prise lors de son précédent film Thelma et le portrait d’une jeune fille. Julie, bientôt 30 ans, aurait pu faire médecine et devenir chirurgienne, mais la chirurgie c’est… manuel. C’est la psyché qui l’intéresse, alors elle fait psycho. Mais, en fin de compte, c’est la photo qui l’intéresse. Elle s’adonne à sa nouvelle passion tout en prenant un boulot dans une grande librairie. Insatisfaite en permanence, elle ne sait jamais aller au bout des choses sur le plan professionnel. Côté cœur, elle a probablement trouvé le grand amour en la personne d’Aksel, 45 ans, et auteur de BD à succès. Sauf que…
Le portrait audacieux d’une jeune femme de 2020, indépendante, impulsive, indécise qui « aspire à autre chose » (sans forcément savoir quoi). Porté par son interprète principale Renate Reinsve, éblouissante, le film, qui mêle habilement comédie et drame, aborde l’aspect éphémère des sentiments mais évoque traite également des thèmes qui n’ont rien d’anodins comme l’absence de désir d’enfant pour une femme,la différence d’âge dans les relations amoureuses ou la maladie.
Avec Renate Reinsve, Anders Danielsen Lie, Herbert Nordrum (Norvège/France – Comédie dramatique – 2021 – 2 h 01 – Date de sortie : 13 octobre).

Le site officiel du Festival de Cannes
Philippe Descottes

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s