Romain Collin…une belle histoire

Au cours de 33 éditions (1), les Heures Musicales de Biot dans les Alpes Maritimes offrent tous les ans une belle surprise, soit la venue d’une étoile montante, soit un musicien de renom qui ne pouvait jamais venir à cause d’un calendrier surchargé. Cette année, c’est la venue du pianiste de jazz Romain Collin ex élève de l’école de musique de Biot.

Un soir de juin, il y a eu un fort instant d’émotion lors du concert du pianiste quand la directrice artistique du festival, Liliane Valsecchi, l’a présenté au public, il est celui qui pendant des années lui faisait face quand il faisait ses gammes. Aujourd’hui, il est assis en face de son piano à queue, il est la vedette de ce concert et, il sait ce qu’il doit à son mentor qui a un carnet d’adresse d’artistes (2) aussi chargé qu’un annuaire de téléphone. Si Romain Collin vient pour un concert d’improvisation jazz, il n’oublie pas toutes ces heures à revisiter le répertoire classique avec un autre professeur Augé Larribé qui enseigne aussi à l’Espace Culture Henri Carpentier. Depuis, le « petit » a grandi , de concerts en concerts, il a acquis une notoriété, ses compositions pour des films intéressent des cinéastes et sa diversité musicale avec notamment l’utilisation de la technologie numérique lui permet des sons qui le poussent à aller toujours plus loin dans sa création musicale.

Romain Collin

J’essaie avec humilité de trouver un assemblage de sons qui n’a peut être pas encore été fait. J’avais cette vision depuis longtemps d’incorporer une composante électrique avec un coté musique de film mais aussi avec quelques cordes en trio tel qu’on l’entend en jazz, c’est à dire piano, contrebasse, batterie, le trio étant enregistré en studio, en live, ce n’est pas édité.

JP L

Vous êtes resté longtemps à Biot avec du classique, comment avez vous basculé dans le jazz ?

Romain Collin

ça a fait un peu boomerang le classique, j’ai commencé par çà, ensuite j’ai été beaucoup attiré par le jazz que j’ai énormément travaillé. Ma mère avait beaucoup d’album de Frank Sinatra, Ella Fitzgerald, Petrucciani, Oscar Peterson. Elle aime beaucoup le jazz et j’ai grandi à Juan les Pins ce qui m’a  permis d’écouter des concerts là bas. J’étais fasciné par cette faculté des jazzmen pour improviser, de connaître leurs instruments et connaître la musique comme une langue vivante et pouvoir s’exprimer librement au gré de leurs humeurs. J’ai commencé à travailler tout seul,au début d’oreille, j’ai essayé de comprendre comment ça fonctionnait et finalement, je suis parti à Berkeley parce que c’était une école réputée et pour rencontrer plein de gens là bas et j’ai appris les bases de ce qui crée la grammaire et le vocabulaire du jazz . Ce qui est intéressant c’est qu’après avoir travaillé le jazz pendant un certain nombre d’année, je me suis remis à travailler le classique énormément, je continue de le faire tous les jours, ça fait déjà une dizaine d’années.. J’aime Bach, Mozart, Rachmaninov, Ravel, je fais de moins en moins de distinction entre le classique et le jazz dans ma tête, c’est la musique, c’est l’organisation des sons qui permet d’exprimer certaines émotions, on essaie de les faire ressentir au public.

P1050461

JP L

Pour quelle raison vous vous produisez en piano solo ?

Romain Collin

Le piano solo pour moi, c’est quelque chose d’extrêmement important, en particulier et unique dans la mesure où je suis capable de développer un vocabulaire, un langage de cet univers, de découvrir, de développer en dehors du travail en trio. Liliane m’avait entendu jouer en solo et j’ai beaucoup de plaisir et de bonheur de travailler encore avec elle quand je peux revenir ici.

JP L

Quand on est un jeune musicien comme vous et, subitement, vous avez la possibilité de jouer avec Wayne Shorter, Herbie Hancock…quelle impression avez vous quand on vous appelle, ça a changé peut être votre univers musical, est ce que vous vous dites, attention ?

Romain Collin

Non, de toute façon, des personnalités connues comme eux, ce sont des gens qui sont très ouverts, qui poussent tout le temps les artistes à se trouver, à se chercher, il faut juste travailler le plus possible, de la manière la plus honnête possible pour s’exprimer de façon intègre et, dans mon cas, j’essaie toujours de faire primer l’aspect purement émotionnel de l’art et de la musique parce que c’est d’abord çà.. Wayne Shorter avait notamment amené à la dernière minute pendant un grand concert en Inde un morceau qu’il venait d’écrire qui n’était pas du tout écrit comme du jazz, c’est à dire, c’était écrit comme de la musique classique. C’est intéressant parce que ça m’a donné une petite fenêtre et je pouvais décortiquer l’harmonie comme il l’avait exprimé et de faire çà à ma manière.

JP L

Vous êtes parti aux Etats Unis avec des musiciens américains, pour quelle raison  ?

Romain Collin

Ce n’est absolument pas un parti prix, c’est simplement que je vis depuis une quinzaine d’années aux USA, en ayant un cursus pour apprendre le jazz. .. je suis allé à Berkeley

et après j’ai fait un master.

JP L

Quels sont vos projets immédiats ?

Romain Collin

Je suis en train de travailler un album en piano solo, c’est une chose puis un album en trio, les compositions vont nécessiter une autre approche sur le plan expérimental et donc, d’autres musiciens. Le prochain album aura probablement des arrangements de cordes beaucoup plus conséquents. Le jour où j’en aurai les moyens, je voudrais écrire pour le groupe avec orchestre mais, je ne veux pas que l’on ressente en fait les deux entités séparées sur le plan stylistique et sur le plan acoustique , que ce soit intégré dans la composition et dans la production de manière telle que l’orchestre soit une extension de ce qui se passe au niveau du trio.

Bien sûr avec les propos de son brillant ancien élève, Liliane Valsecchi lui a promis de lui réserver une date quand il le voudra avec une grande formation…alors, à bientôt Romain de Biot

Jean Pierre Lamouroux

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s