Cinéma / Disparition de la comédienne et réalisatrice Ronit ELKABETZ.

La grande  Comédienne  , scénariste  et réalisatrice  Ronit Elkabetz  est décédée  victime  d’un cancer . elle  avait 51 ans …

Ronit Elkabetz
Ronit Elkabetz

Si vous avez vu l’un de ses derniers films Le Procès de Viviane Amsalem ( 2014 , Voir critique sur notre site) dont elle était à la fois comédienne et vo-réalisatrice ( avec son frère , Shlomi Elkabetz ), vous ne pouvez pas avoir oublié l’interprétation « habitée » et magistrale de cette femme , Viviane ,luttant pour sa liberté et son indépendance , à laquelle son mari refuse le divorce depuis plus de trois ans et contrainte par la loi  de s’en remettre , à la décision des Rabbins , seuls habilités à prononcer ou dissoudre un Mariage . La comédienne y est inoubliable . Née en 1964 en Israël d ‘une famille juive émigrée du Maroc elle ne se destinait pas forcément à la comédie ( études de styliste)  , mais finalement c’est le cinéma qui lui offre la première opportunité de travailler à l’issue d’une audition où elle se voit proposer un rôle en 1990 qui lui ouvrira d’autres rôles qui lui vont permettre de se faire une certaine notoriété , et de travailler avec de nombreux cinéaste Israéliens dont dès 1996 avec le grand cinéaste Amos Gitaï ( dans Milim ) qui lui offrira un autre rôle dans Alila    ( en  2003 ) où elle est l’une des douze personnes vivant dans le même immeuble dont le film raconte le quotidien. Mais la jeune comédienne ne se contente pas de « jouer » elle est intéressée aussi par l’écriture cinématographique à laquelle elle va s’essayer dès 1994 ( La cicatrice ) même si elle est plus sollicitée par les rôles et les sujets qu’on lui propose…. mais aussi parce qu’elle est curieuse et ne veut pas se limiter à une seule activité , et souhaite  se remettre en question et élargir son panel…

Ronit Elkabetz avec son frère Shlomi sur le torunage de Les Sept Jours
Ronit Elkabetz avec son frère Shlomi sur le tournage de Les Sept Jours

Elle quitte Israël  et entame d’une certaine manière un double carrière ( entre Israël  et France ) qui se concrétisera aussi en France , après être passée chez Ariane Mnouchkine , tout en continuant à travailler dans son pays d’origine . Elle deviendra d’ailleurs une sorte d’ambassadrice, très appréciée , favorisant les échanges et les créations ( ou productions ) entre les deux pays. C’est véritablement au début des années 2000 que sa carrière prendra un envol international et qu’elle se consacrera à la fois totalement à sa double activité de comédienne et  de réalisatrice . En 2004 avec Prendre femme qu’elle réalise avec son frère , va connaître le succès international . Le film dont elle est l’interprète avec Simon Abkarian triomphe dans de nombreux festivals ( Ankara , Venise , Hambourg Thessalonique ) et il sera le premier volet d’une trilogie qui se poursuivra avec Les Sept jours           ( 2008 – Meilleur film au Festival de Jérusalem ) et se parachèvera avec Le Procès de Viviane Amsallem (2014 – Golden Globe du Meilleur film étranger ) . Une trilogie d’une qualité et d ‘une maîtrise qui vaudra à elle et à son frère , les futures récompenses mérités dans les festivals internationaux , les éloges de la critique et de rencontrer    aussi , dans les salles , le succès public . Il faut dire que la trilogie constitue aussi un portrait de la société israélienne . Prendre Femme (2004) inspiré de  l’histoire ses parents est à la fois le récit d’un couple confronté à un désamour et qui étouffe sous les contraintes des traditions et confronté a des enfants ingérables. Le Sept Jours autour du deuil auquel est confrontée une famille est le portrait en miroir des relations familiales . Une trilogie que parachève , on l’a dit , Le Procès de Viviane Amsallem…

Simon Abkarian et Ronit Elkabetz dans Prendre Femme
Simon Abkarian et Ronit Elkabetz dans Prendre Femme

Grande , très grande comédienne , Ronit Elkabetz continuer à être une inégalable interprètes des films des autres . Et il est difficile de ne pas la remarquer tant elle offre une dimension exceptionnelle à chacun des personnages qu’il s’agisse de grands ou petits rôles . En prostituée dans Mon Trésor de Keren Yedaya ( 2004 ), cinéaste qu’elle retrouve pour le superbe Jaffa ( 2009 ) où elle interprète l’épouse raciste du garagiste , garage dans lequel un drame va se jouer . Elle est Dina dans La visite de la  Fanfare d’ Eran Kolirin qui vient «  déranger » la torpeur d’une petite ville de Province . Elle est Judith   ( joli second rôle) dans le film d’André Techiné La fille du RER (2009 ) et la même année elle est aune autre Judith qui va refuser de revenir dans son pays natal dans le Cendres et Sang réalisé par Fanny Ardant . On la retrouve en 2010 dans le polar de Pascal Elbé. Et  en 2015 , elle est étonnante en Femme de caractère dans la série Futuriste Trépalium ,  où chômeurs et actifs dont séparés par un « mur » sur fond de sècheresse et de lutte pour la survie . Série diffusée sur Arte en Février 2015 .

Partie trop vite , vaincue par la maladie , Ronit Elkabez a dû baisser les armes , son souvenir de femme battante et de grande comédienne  et  de belle personne , restera gravé dans nos mémoires de cinéphiles …

(Etienne Ballérini)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s