Le Bœuf…on le suit

Quelle drôle d’idée d’appeler un festival de café théâtre « le Bœuf », c’est une histoire ancienne, lors d’un repas, peut être un peu arrosé, les copains se sont dit pourquoi ne pas faire un festival de café théâtre tout en mangeant leur côte de bœuf. N’empêche que depuis, le Bœuf a séduit toute une ville, Antibes mais aussi ses voisins et on sait qu’en octobre, il y a des soirées incontournables.

C’est comme çà, le Bœuf sourit aux inconditionnels du café théâtre, une appellation qui petit à petit va disparaître, les comédiens ont désormais leur place dans la grande famille du théâtre. Bien sûr, on ne joue pas du Tchekhov ou du Beckett mais, au fil des années, dans une majorité de créations au café théâtre, le rire n’exclut pas dans l’écriture du texte d’aborder des situations sociales ou politiques identiques à celles que l’on trouve dans le répertoire du théâtre. Cette année encore, Fabienne Candela Mascunan, directrice artistique du théâtre le Tribunal et du Bœuf Théâtre et comédienne (elle était cette année encore en Avignon avec son spectacle N°11) fait toute l’année son «  marché » afin de trouver la perle rare.

Fabienne :

Je fais mes menus un petit peu avec tous les copains qui nous disent il y a çà qui est bien et, très souvent, ils ne se trompent pas parce qu’il y a des milliers de spectateurs qui voient ces spectacles, nous, on ne peut pas tout voir et se déplacer tout le temps sinon, on ne serait jamais là. Quand tu as 3 ou 4 copains qui disent, on a vu ce spectacle qui te plairait bien , dans ce cas là, on se déplace et on va voir.

2009/07/31 Cie Mangeurs Etoiles
Cie Mangeurs Etoiles

JP L :

La prestation à Avignon permet-elle de faire des découvertes ?

Fabienne :

On reste une petite semaine comme çà, il y a le bouche à oreilles qui se met en place et puis, on découvre des choses, il y a des trucs qui nous plaisent mais qui sont inabordables ou trop compliqué financièrement mais parfois, on tombe sur des spectacles et on se dit…voilà, ça c’est parfait pour le Bœuf.

JP L :

Le café théâtre ou le théâtre lui même, ça ne convint pas tout le monde ou ça n’intéresse pas, qu’en pensez vous ?

Fabienne :

Les gens sont parfois déçus mais il faut savoir découvrir, plaire à tout le monde, ça n’existe pas, dans le domaine de l’humour, tu as des gens très intelligents ou des moins intelligents qui ne rient pas aux mêmes choses, c’est ni une question de culture ni de l’intelligence , c’est un humour qu’on a et il y a des fois des choses, il y a des salles qui sont mortes de rire et puis, tu as deux personne qui ne rient pas, qui ne comprennent pourquoi tout le monde rit ou parfois, tu as une salle qui ne rit pas et tu as 4 ou 5 personnes qui sont explosées de rire. Ce n’est pas une science exacte, voilà, il n’y a pas de règles.

JP L :

Il faut être bon public quand même ?

Fabienne :

Il faut que les gens soient un peu ouverts, qu’ils aient envie de découvrir, de se dire…bon s’ils n’aiment pas le texte, peut être qu’il aimeront le jeu ou, s’il n’aime pas le jeu, peut être qu’ils aimeront le contexte,il y a toujours quelque chose à découvrir dans un spectacle, après il y a vraiment des humours qui sont plus intelligents que d’autres et qui disent plus de choses que d’autres .

JP L :

Le succès du Bœuf a permis la décentralisation sur 9 communes de la CASA, c’est un plus?

Fabienne :

Oui, parce qu’il y a des gens qui descendent sur Antibes pour voir d’autres spectacles aussi, comme on a une programmation un peu particulière, je comprends très bien que dans les communes voisines, il faut que ce soit pour tout le monde consensuel dans le bon sens du terme, nous dans le cadre du Bœuf, on peut se permettre de mettre des trucs qui sont un petit peu plus découvertes, ça montre autre chose aux gens, il y a des spectateurs qui découvrent ce qu’on fait et qui viennent chez nous le reste de la saison au Tribunal.

JP L :

A force d’être connue, avez vous des artistes qui demandent à venir ?

Fabienne :

De plus en plus, pour dire la vérité, je ne vais plus chercher les artistes, c’est eux qui viennent, après ce ne sont pas les stars mais quand j’ouvre ma boîte mail le matin, j’ai au moins 10 ou 15 demandes.

JP L :

Il y a une nouveauté cette année avec un spectacle en plein air, qu’en est-il ?

Fabienne :

ça s’appelle La Guinguette à Marie, j’aime bien çà, c’est une compagnie qui arrive et qui installe sa petite guinguette et puis, il a une jolie petite comédienne accordéoniste, chanteuse, marionnettiste qui raconte l’histoire des guinguette et, je trouve que c’est bien le Bœuf quoi ! C’est contemporain dans les faits, dans l’écriture et, en même temps, il y a un petit côté d’avant et puis, un petit côté famille et puis un petit côté nostalgie et puis, c’est de la douceur, c’est drôle »

JP L :

Tous les ans, il y a un spectacle musical, c’est peut être dans l’air du temps ?

Fabienne :

Cette année, il y en a 3, d’abord parce que ça se fait de plus en plus et qu’il y a, c’est toujours pareil, si on veut se démarque un petit peu, il faut que ce soit burlesque et musical, il faut que le Bœuf se démarque de ce que l’on fait au Tribunal.

Début des festivités dans les communes voisines d’Antibes avant d’attaquer le cœur de la manifestation au théâtre le Tribunal. Le premier spectacle, c’est le 7 octobre avec «  Albert

ou le Voyageur immobile » joué par la Cie l’Arpette…Alors, comme convenu, suivez le Bœuf…il ne demande que çà !

Jean Pierre Lamouroux

Bœuf Théâtre : 04 93 34 11 21

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s