Le Jazz…Les festivals…à fond les manettes

Pour ce mois de juillet, il y a autant de festivals de jazz que d’étapes du Tour de France cycliste…tant mieux ! Pour la région PACA, on surbook, on chevauche les dates, on innove, bref…pour les jazzmen, c’est le plus beau mois de l’année. Commençons par le plus ancien de ces festivals, celui de Nice qui a vu le jour en 1948. et qui débute demain au théâtre de verdure .

Si le Nice Jazz Festival, dernière appellation de cette manifestation, a changé aussi de lieu ce rendez vous reste un point fort dans l’activité culturelle de la ville. Si certains anciens spectateurs restent sur leur vision de légendes au temps où les Arènes vibraient, le nouveau public est ravi de l’ouverture musicale proposée par les organisateurs (entièrement Ville de Nice) qui, intelligemment, ont dispatché les artistes sur deux scènes : en gros jazz acoustique et un peu électrique au Théâtre de Verdure et jazz, pop, soul un peu plus branché, disons très électrique sur la scène Masséna, bref , chacun pourra reconnaître les siens. Le directeur artistique Sébastien Vidal (TSF Jazz) est fier de cette programmation d’ouverture « Présentons le meilleur des Musiques Actuelles, taquinons les frontières du jazz qui est au cœur de toutes les nouvelles musiques, au cœur de notre passion »

Que du beau monde

Impossible de nommer tous les artistes de cette édition 2015, pour n’en citer que quelques uns, il y a ceux qui ont moins besoin de publicité comme Charles Lloyd, le saxophoniste au parcours le plus atypique que le public avait découvert en 1966 au Festival d’Antibes avec un autre jeunot Keith Jarret. En 1968, il se retire dans un coin perdu de l’Amérique avant que le public français ne le revoit encore à Antibes en 1982 avec un certain Michel Petrucciani et au Nice Jazz Festival en 2009, il vient d’enregistrer un de ses meilleurs disques Rabo de Nube avec la complicité du poète Charles Simic qui trouve deux hommes à la fois dans la personnalité de Lloyd quand il compose le citadin et le rural .

Charles LLoyd
Charles LLoyd

Une grande carrière où il a côtoyé les plus grands tout en s’intéressant de très près à la musique naissante, la pop, notamment avec le groupe influant des années 60/70 sur la Côte Ouest des USA, le Grateful Dead emmené par le légendaire guitariste Jerry Garcia. On devrait entendre au Nice Jazz Festival quelques titres de son nouvel album Wild Man Dance. Autres stars attendues , le pianiste Kenny Barron, sa carrière musicale reste très attachée à celle de Stan Getz (People Time en 1990) ou Dizzy Gillespie (From Gilles Plana en 1965), il sera à Nice en trio. Une autre grande affiche nous attend avec Brad Mehldau, lui aussi en trio, depuis un moment, il se produit en solo. Pour la petite histoire, il fut un élève du grand pianiste américain Fred Hersch que nous avions eu la chance de l’écouter pour la première fois en France, il y a quatre ans dans un petit festival de l’arrière pays niçois à Coaraze. Du jazz, encore du jazz avec le pianiste belge Eric Legnini, très branché sur les voix, il a invité Sandra Nkaké et Kellylee Evans. Un petit cocorico sur cette scène internationale avec le trio du pianiste Fred D’Oelsnitz qui doit cette faveur à sa victoire l’an dernier au Tremplin Nice Jazz Festival, il sera également en trio.

Un grand monsieur est le parrain de cette édition 2015, Jamie Cullum, qu’il vienne à Nice ou à Antibes, il fait un tabac, il aime vraiment la France, toutes les semaines sur TSF Jazz, son show est très écouté, pour cette ouverture du festival, le plus français des musiciens british va enflammer la scène, il sait tout faire comme se jeter du haut de la scène, justement pour atterrir dans les bras de ses fans mais il est époustouflant quand il reprend des grands tubes de jazz avec un big band. Restons dans les belles voix avec une figure du hip hop et du rap, Lauryn Hill ou encore Hindi Zahra qui avait participé à un album rendant hommage à Nina Simone.

Lauryn Hill
Lauryn Hill

Les anciens sont là comme Larry Graham, on dit de lui qu’il fut l’inventeur du Slap, depuis des décennies, les dancefloors n’oublient pas de le placer sur les platines comme également le groupe Kool and the Gang. On dit aussi qu’il aurait vendu près de 100 millions d’albums parmi les branché du funk. Dans un autre genre, le festival accueille un grand crooner Kurt Elling

Kurt Elling
Kurt Elling

Le swing sera là au théâtre de Verdure avec aussi Hugh Coltman qui devrait nous faire entendre quelques tubes de Nat King Cole avant la sortie d’un CD hommage. Si les plus anciens sont en tête d’affiche, la jeune génération est là et bien là, comme avec le français Marc Cerrone qui, lui aussi, bat des records de vente , on l’a découvert place de la Concorde à Paris pour le bicentenaire de la révolution. Il y a aussi le pianiste Omar Klein, le chanteur pianiste Benjamin Clementine et le duo Grégory Privat et Sonny Troupé. Pour certains, ils sont à découvrir pour se faire une idée des nouvelles musiques pour les années à venir . Nous reparlerons de ce Nice Jazz Festival, en attendant , demain on ouvrira les portes avec le brass band new-yorkais Too Many Zooz et on les fermera après le show d’un certain… Jamie Cullum.

 

Jean Pierre Lamouroux

 

Informations : 33 4 97 13 40 42

nicejazzfestival.fr

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s