Cinéma / LOIN DE LA FOULE DECHAINEE de Thomas Vinterberg.

 

Pour son nouveau film, l’auteur de Festen et de La Chasse, adapte le célèbre best -seller de Thomas Hardy en se pliant et en assumant les codes du classissisme ,et nous offre un mélo romantique et flamboyant sur la destinée d’une femme indépendante dans l’Angleterre Victorienne où la pression morale des conventions sociales, pèse sur les individus. Dans le bocage Anglais, c’est la tempête de sentiments qui se déchaîne, avec la même force que celle de la nature…

l'Affiche  du Film.
l’Affiche du Film.

Dans l’Angleterre Victorienne du XIX ème Siècle et la campagne du Sud-Ouest bien connue de Thomas Hardy qui y a vécu, où se situe l’action et le récit, Thomas Vinterberg à choisi de s’y établir ( dans la région du Dorset ) pour un tournage qu’il a voulu en « osmose » avec les paysages qui ont imprégné l’oeuvre de l’écrivain, mais aussi l’âme des personnages qui y sont nés. Appuyant cette volonté de réalisme esthétique par l’emploi d’un support péllicule, afin de rendre toutes leurs « nuances » aux couleurs des paysages. C’est dans cette nature sauvage où l’on travaille dur, que s’ouvre donc le film qui nous familiarise avec les deux presonnages centraux , celui du Berger Gabriel ( Matthias Schoenaerts qui s’impose de film en film ) et celui , de la jeune ( et jolie ) femme de la ferme voisine Bathsheba  ( Carey Mulligan, excellente) qui , dans cet univers rustre de la campagne dominé par les hommes manifeste d’emblée (dès la première séquence ) son indépendance refusant poliment les « avances » du berger. Elle a décidé qu’elle ne se mariera qu’avec « l’homme dont elle tombera amoureuse » … déjà , en rupture avec le poids des convenances sociales comme celles de la morale , et pas dupe de sa condition modeste, elle ne veut pas être une « proie » facile et vulnérable. Mais voilà que le destin va se charger de modifier les conditions sociales respectives  de nos deux héros. Pour elle , de nouvelles fonctions de maîtresse d’un domaine hérité d’un oncle qui le lui a légué pour le faire prospérer . Et pour lui, son troupeau de moutons décimé qui l’oblige à vendre ses terres et à partir sur les routes , en recherche d’emploi ….

Carey  Mulligan et Matthias  Schoenaerts
Carey Mulligan et Matthias Schoenaerts

Se retrouvant à la tête d’une exploitation Agricole , Bathsheba va être confrontée à de nouvelles charges qui la propulsent à un rang social dont elle va devoir apprendre et assumer les responsabilités de gestion ( des ouvriers du domaine ) en même temps que les rapports de forces ( dans les affaires avec les hommes ) dont se font l’écho deux belles scènes comme celle où elle réunit ses employés et dicte les nouvelles régles , et celle , où elle tiendra tête sur le prix de la vente de son blé, aux hommes dans la salle des ventes. De la même manière qu’elle aura à affronter les avances de nouvaux prétendants , autant attirés par sa beauté que par sa nouvelle position sociale qu’elle assume avec une étonnate « poigne » , presque digne d’un homme . Dès lors, la voilà confrontée , encore un peu plus , à devoir affirmer ses choix d’indépendance, en même temps que ceux de refreiner le désir qu’elle inspire .  C’est l’un des aspects  passionnants du  film  que   d’avoir fait,   celui de confronter – dans les rapports qui vont se nouer entre Bathsheba et ses trois prétendants de conditions sociales différentes et au delà des rapports de forces ( morales , sociales ) qui les caractérisent – le poids du désir qui s’y inscrit au cœur. Le désir masculin et féminin ausculté et qui se fait ainsi , le révélateur des « diktats » moraux et sociaux d’une époque , qui vont peser aussi bien sur le parcours sentimental de notre héroïne… que sur celui de ses prétendants .

Carey  Mulligan et  Michaël Sheen
Carey Mulligan et Michaël Sheen

Un choix de récit qui rend le film passionnant à plusieurs titres , dans ce qu’il révéle de chacun des protagonistes « enfermés » malgré (?)  eux dans leurs positions , et qui finit par attiser encore un peu plus les passions, les jalousies, les rejets ou le désir. Ce désir toujours présent . Celui que l’on a du mal à maîtriser , pour l’homme devant assumer son sattut et sa posititon , et pour la femme qui doit se battre pour garder au cœur de la passion qui peut l’animer , aussi , son désir d’indépendance . Thomas Vinterberg le distille admirablement dans des séquences qui magnifient ces pulsions , en même temps qu’il en brosse le miroir révélateur et contradictoire du malaise  qui s’y insrit au cœur . Ainsi pour le séduisant soldat ( Tom Sturridge) le désir et la passion sont vécus et assumés comme un « duel » dont il lui faut sortir vainqueur , y compris à armes inégales. Tandis que pour le voisin Bourgeois ( Michaël Sheen ) il s’agira avant tout – après une déception – de tenter de se refaire une « position » sociale et familiale honorable , par un mariage  qu’il espère  … tandis que,  pour Le berger Gabriel qui a perdu son troupeau , mais retrouvé du travail ( comme intendant ) dans le domaine de Bathsheba , c’est désormais une passion qui s’inscrit sous la forme d’une complicité dévouée, qui s’installe entre lui et sa maîtresse,  dont il dirige habilement le domaine, se rendant indispensable.

Carey  Mulligan  et  Tom Sturridge
Carey Mulligan et Tom Sturridge

C’est , au cœur de cette troisième déclinaison, que le film trouve son originalité dans la retenue des non-dits qui finissent par révéler , en contreproint des deux autres aventures sentimentales, la naissance d’une autre approche dont l’indépendance de chacun qui s’y inscrit se fait l’écho, en laissant la place au respect de l’un et de l’autre vis à vis des sentiments , des désirs et des choix à faire . Cette pudeur qui renvoie les sentiments de déception et ( ou) de jalousie au plus profond de soi, et ne fait qu’en raviver la doule , est un des apsects les plus passionnants du film qui va creuser au plus profond d’une intimité qui se cache derrière les faux -semblants des apparences ou d’une forme de provocation dans laquelle Gabriel se révèle habile dans son rapport avec Bathsheba . Une approche qui finit , aussi , en dehors de celle portée sur Gabriel  par offrir un éclairage nouveau sur les autres prétendants . Ainsi , la rage individualiste du soldat et sa superbe quelque peu désagréable , finissent par fondre, lorqu’il révéle le drame de son amour perdu qui l’a plongé dans une sorte d’auto-destruction , tandis que le voisin Bourgeois et son insistance sont bouleversants, lorsqu’il confie les raisons qui le poussent à demander la main de Bathsheba.
Au cœur de ces séquences , c’est aussi tout le poids des destinées soumises au déterminisme social qui s’y inscrit , comme l’illustre – en filigranne- le destin de la pauvre jeune fanny ( Juno Temple ) amoureuse du soldat , et qui verra sa vie brisée,par un concours de circonstances malheureux…

Les   ouvriers au  travail  dans le  domaine    de  Bathsheba
Les ouvriers au travail dans le domaine de Bathsheba

Le Roman de Thomas Hardy   ( auteur  par  ailleurs de  Tess adapté Roman Polanski  )  , loin de la  Foule déchaînée  qui  a  été  par  porté à l’écran à plusieurs reprises ( dont la superbe adaptation signée en 1967 par le cinéaste Britannique John Schlesinger ), trouve ici toute sa splendeur romanesque sous la partition de Thomas Vinterberg qui inscrit son modernise , dans le cadre assumé d’un cinéma au classicisme populaire ( à la Docteur Jivago de David Lean ) , dont il revendique la tradition . Et il le fait avec un talent qui nous en distille un plaisir …qu’on vous invite à partager . Celui d’un cinéma , en décalage avec le tout venant des « blockbusters » tonitruants , un cinéma qui distille le plaisir de raconter de belles histoires avec des personnages forts et des destinées hors du commun , qui renvoient à des choses universelles.

(Etienne Ballérini)

LOIN DE LA FOULE DECHAINEE -2015-
Avec : Carye Mulligan , Matthias Schoenaerts, Michaël Sheen,Tonm Sturridge, Juno Temple….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s