Cinéma / HACKER de Michaël Mann.

Face à de nombreuses Cyberattaques ayant frappé les deux puissances mondiales, les Etats-Unis et la Chine, les deux pays décident de collaborer pour y mettre fin. Ils font appel à un taulard arrêté pour fraude bancaire et spécialisé dans la piraterie infomatique . Sur un sujet très actuel ,le cinéaste de Heat et Collateral, signe un superbe film d’action et de suspense, mais aussi une réflexion amère sur les luttes de pouvoirs qui permettentt à ce nouveau térrorisme économique et politique de surfer sur la vague …

l'affiche  du  film.
l’affiche du film.

Les premères séquences du film , nous immergent au cœur d’un entrelas de câbles trasmettant les informations internet à travers le monde , puis, dans une sorte de fourmillière complexe, par laquelle elles circulent, un ordinateur et le clic d’envoi de commande manié par une gang de hackers , et voilà que celle-ci à vitesse grand V, détournant toutes les protection atteint, son but. Le logiciel malveillant appelé le RAT ( Remote Accès Tool) ouvre les portes à un autre, plus puissant, qui ouvre,lui ,         l’ àccès aux données protégées et va permettre de détruire , en la circonstance, le systéme de refroidissement de la centrale Nucléaire Chinoise de Chai Wan à Hong Kong. Un peu plus tard à Chicago le « Mercantile Trade Exchange » , est à son tour victime d’une attaque qui provoque l’inflation soudaine du prix du Soja… les deux puissances mondiales touchées , et aucune revendication politique, le mystère qui entoure les agissements des Hackers inquiéte d’autant plus que le systéme très sophistiqué employé révéle de leur part une totale maîtrise qui fait peser une menace sur la sécurité mondiale . Le spectre de 2001 et des tours jumelles, réveille les inquiétudes du gouvernement Américain , et celui de la sécurité nuclaire Chinoise qui peut mettre en danger, celle du mond entier.
A l’évidence, ces attaques ont un but précis, mais lequel ?. Il faut absolument trouver la parade et dénicher les auteurs qui , habilement , brouillent les pistes pour mieux pouvoir frapper, encore…

Hataway ( Chris  hemswort)  et  l'agent du FBI  , Carole Barret ( Viola  Davis
Hataway ( Chris hemswort) et l’agent du FBI , Carole Barret ( Viola Davis

Les dignintaires du gouvernement chinois chargent la Capitaine Dawai Chen ( Lehoom Wang) spécialiste de la lutte contre les cyberattaques de mettre hors d’état de nuire les auteurs de l’attaque contre la centrale nucléaire. A Chicago, la cellule de crise du FBI réunie convaincue par son agent Caroll Barret ( Viola Davis ) décide de s’unir et de collaborer avec les chinois. Le capitaine Chinois Chen missionné par  ses  supérieurs  , insiste alors, pour faire libérer le Hacker Nicholas Hathaway ( Chris Hemsworth) détenu en prison , le seul pouvant être capable de pénétrer les subtilités des agissements des hackers, ayant lui -même défié et mis à mal, les systémes de protections Américains. Le « deal » réalisé et la liberté d’agir sous surveillance de bracelet élctronique, concédée à Hathaway, la longue traque peut commerncer . Et révéler les coulisses et tous les enjeux qui permettent de retrouver au fur et à mesure que le récit avance, les thémes chers au cinéaste, dont la maîtrise de la mise en scène est restée intacte à la fois dans l’éfficacité ( superbes scènes d’action , dont l’époustouflante scène finale au cœur de la marée humaine d’une cérémonie traditionenlle ) comme dans la descritption de la complexité des enjeux ( sécurité et équilibre mondial) , ainsi que la dimension psychologique du récit et des personnages ( rivalités , et liaisons ) dont la description est toujours au service du récit, et ne vient jamais le parasister ,par des « accroches » , inutiles qui polluent trop souvent, les films d’action.

L'agent de la sécurité  cunbernétique chinois , Chen ( Leehom  Wang )  et sa  soeur  ,   - <tang Wei)
L’agent de la sécurité cunbernétique chinois , Chen ( Leehom Wang ) et sa soeur , – <tang Wei)

Alors, on vous laissera découvrir les multiples rebondissements de l’intrigue au cœur de laquelle Michaël Mann nous entraîne , et dont il cherche habilement à dénouer les réseaux et les mailles du filet qui la composent. Une complexité qu’il nous invite à suivre par le bais du personnage de Hathaway dans son investigation pour en démêler les fausses pistes et autres leurres, derrière lesquels les hackers se cachent .. Une sorte de récit pédagogique qui mettrait à nu, à la fois la complexité d’un systéme et les failles qui en révélent ses faiblesses permettant aux potentiels térroristes de l’infilter et le cibler. Toute la cyber-traque dont Hathaway est un spécialiste est ainsi construite et menée avec une maestria de récit haletante. Par ailleurs, au long de celle-ci , vont se révéler les failles à l’intérieur de la collaboration Sino-Américaine, lorsque certains éléments permettant de l’éradiquer se révélent toucher à des secrets d’ Etat , à l’image de la fameuse          «  veuve noire » de la NSA ( National Sécurity agency ) évoquée, pourtant nécéssaire à l’avancée de la traque et de la découverte de ses auteurs. Dès lors, le problème de la nécéssaire transparence liée à l’éfficaité de la collaboration, fait resurgir les « tensions » entre les deux pays , chacun se repliant sur la priorité de la sécurité Nationale , et le risque encouru de dévoiler des secrets nationaux, à une puissance…qui pourrait s’en servir dans le futur. Dès lors, le film ouvre le débat sur les choix à faire , face au Cybertérrorisme, qui peut profiter des dissensions entre pays sur les priorités politiques des choix sécutitaires.

en pleine action , la traque , hris  Hemsworth, Holt McCallany,  et
en pleine action , la traque , hris Hemsworth, Holt McCallany, et

L’éfficacité du récit est d’autant plus forte qu’elle fait écho à des faits réels qui l’ont inspiré, pour ensuite , s’en libérer et laissser aller l’imagination nécésaire , faire émerger ses personnages, avec leurs spécificités , failles et faiblesses. .Ainsi Le personnage  d’ Hathaway dont Michaël Mann fait son héros, est inspité du Hacker , Stephen Watt qui a mis au point des systémes anti-piratage des boîtes mails, mais aussi de celui de Kevin Poulsen qui fut le premier Hacker à être accusé d’espionnage aux Usa. Et la particption aux dialogues d’un ex du FBI,  vient également compléter le souci du cinéaste de rester ancré dans une réalité dont sa fiction s’enrichit , y compris du travail de son collaborateurs à l’écriture du scénario , Morgan Davis Foehl. De la même manière que l’attaque du logiciel malveillant sur la centrale nucléaire fait référence à celle qui eut pour cible une usine d’Uranium en Iran. La vulnérabilité des systémes informatiques passée , ici , au crible prolonge la réflexion du cinéaste initiée dès le début de sa filmographie, sur les réseaux de criminalité: Bandes organisées ( Heat /1996 , Collatéral / 2004 ) ou tueurs en séries ( Le sixiéme Sens / 1986 ), ou encore , celles touchant l’économie , via les Lobbys ( Révélations / 2000), dont se fait écho , ici , la spéculation sur le marché du Soja qui souligne également, le rôle des transferts bancaires et des Paradis Fiscaux.
Par ailleurs, on l’a dit plus haut, Maichaël Mann attache une grande importance aux personnages au cœur de l’intrige , et ici , une fois encore, comme dans ses précédents films où l’on se souvient par exemple du face -à-face Al Pacino / Robert De Niro dans Heat , on retrouve un double affrontement entre Hathaway et ses « enenmis » aux commandes de la bande de hackers, l’ex-phlangiste Libanais Elias ( Ritchie Coster )
et son chef dont l’identité, ne sera dévoilée que dans les scènes finales.

Elias  (  Richie  Coster ), un des  cybercriminels,
Elias ( Richie Coster ), un des cybercriminels,

Enfin , s’ajoutant à ces élements d’enrichissement , le travail de Michaël Mann, sur les personnages , leur relationnel et leur psychologie, s’inscrit totalement dans un but d’enrichissmeent du récit . A l’image  de l’agent du FBI Caroll Barrett dont le rôle et les implications trouvent leur motivation profonde dans le vécu d’une tragédie personnelle qui lui fait mesurer plus qu’à ses supérieurs la nécéssité d’une collaboration avec la Chine dans la lutte contre la cybercriminalité . De la même manière , les liens amicaux qui unissent Hathaway et le Chen qui ont leur origine dans les études communes éffectuées à l’Université , trouvent leur  prolongement et  épanouissement dans cette nouvelle collaboration les impliquant dans un combat commun, auquel se joindra
la sœur de Chen , dont la liaison amoureuse avec Hathaway est également développée dans le sens de la progréssion du récit et de ses enjeux ( elle est au centre de toute la dernière partie dramatique de l’intrigure ), et non pas , comme un alibi sentimental , un peu trop souvent utilisé dans le genre.
A l’image de ses aînés Michaël Mann , offre à son récit la dimension d’une intrigue
d’espionnage qui s’élève au niveau des grands classiques, dont il est admirateur.
Il signe un grand film, dommage que sa distribution soit aussi confidentielle,  le  succès des films au box-office Amériacin  en dictant trop souvent, la stratégie commerciale de  sortie  sur les  écrans hors des  Usa. Raison de plus, pour vous précipitér le voir… vous ne le regretterez pas.

(Etienne Ballérini )

HACKER de Michaël Mann – 2015-
Avec : Chris Hemsworth, Leehom Wang, Tang Wei, Viola Davis, Ritchie Coster …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s