Musique / J’ai entendu des voix !

P1020257

Rassurez vous…je n’ai pas entendu des voix célestes mais celles très terriennes venues des scènes de jazz, des voix de femmes qui ont fait danser la Note Bleue cet été

 Youn Sun 1P1020232

 

 

 

 

 

La voix la plus originale entendue cet été est sans aucun doute celle de You Sun Nah, personne encore dans ce répertoire n’a osé, je dirais même n’a passé aussi facilement du très aigu au grave. Remarquée aux Révélations Jazz d’Antibes en 2005, elle a encore cette année sur la même scène surpris le public et impressionné ceux qui la suivent depuis ses débuts. Aujourd’hui, elle assure 100 concerts par an et elle en est à son huitième album  « …vous savez je n’aurais jamais la voix d’Ella Fitzgerald ou Sarah Vaughan  …je suis plutôt soprano mais c’est vrai, on m’a conseillé de travailler les graves, croyez moi, j’écoute ces conseils même dans le train ou dans l’avion, je vocalise…en silence. Plus le temps passe, plus j’ai l’impression que je « descends », d’un autre côté, cette chance de passer facilement d’une note à l’autre me permet des adaptations pour des chansons et, justement comme je dois beaucoup à la France, je suis très fière de chanter parfois en français et je remercie énormément les musiciens de chez vous pour leur aide précieuse, c’est eux qui m’ont amenés au jazz, une musique qui ne vieillira jamais »

P1020036

P1020041

Dans un autre registre, une autre belle voix, celle de Cécile Mc Lorin Salvant entendue lors de l’édition 2014 du Nice Jazz Festival, elle est aux antipodes de You Sun Nah car elle fait régler son piano dans les graves à 440 et elle est considérée par beaucoup de mélomanes comme celle dont la voix et la façon de chanter du jazz se rapprochent le plus d’Ella Fitzgerald, elle aime interpréter comme la coréenne des chansons françaises (Damia, Piaf…) des choix dus à sa double culture franco- américaine, elle a d’ailleurs été nominée aux Grammy Awards cette année et elle a remporté le Prix du Jazz Vocal l’an dernier sans oublier que déjà en 2005 elle a reçu le Premier Prix du Concours International de Jazz Vocal Thelonious Monk. Elle est déjà à 25 ans reconnue dans le monde du jazz avec des compositions aussi belles que celles de Billy Holiday et cette façon de chanter où les silences ont une importance et un scat qui fait plaisir.et d’ailleurs le critique du magazine Jazz Hot , Yves Sportis dit d’elle « …aucune intonation,nuance,aucun accent, n’a semblé être négligé , une sorte de perfection naturelle de forme et de voix qu’on ne trouve que dans la culture possédée par une artiste » .

P1020396 P1020398

Restons encore avec une très belle voix féminine entendue cet été, une autre Cécile, Cécile Verny, elle était dans le Off de Juan les Pins, une ville qui doit lui rappeler une date, en effet en 2003, elle remportait le premier concours de Jazz Révélations comme chanteuse et le Prix de la Critique pour le travail qu’elle avait réalisé avec son quintet allemand qui, cette année fête ses 25 ans d’existence, une prouesse exceptionnelle dans le milieu musical.

P1020397

Comme les précédentes chanteuses, elle aime interpréter des textes en français comme  Seule, toute Seule «  …A mes larmes tu m’a laissé, après des journées ensoleillées, A mes larmes tu m’as laissé, seule, seule, toute seule… » un titre qui pourrait ressembler un peu à sa carrière, en effet de nombreux programmateurs oublient de la diffuser et c’est dommage car c’est une superbe interprète avec un scat là encore omni présent. C’est aussi une chanteuse qui aime donner quelques indications au sujet de la chanson qu’elle va interpréter, quand elle évoque par exemple tous les réfugiés dans le monde « …ils n’ont plus d’identité, ils sont chassés comme des animaux, ils ne reverrons jamais peut être leur pays…il faut essayer de voir à côté de chez soi, tenter d’entendre, de comprendre, vous savez, la musique, ce n’est pas que de bouger la tête, il y a aussi le cerveau… » Dans une ballade, elle décrit justement ce qu’elle voit «  je regarde dans les maisons…il faut imaginer tout ce qui s’y passe, c’est fou les histoires que l’on peut entendre chanter »

 P1020874

Ma quatrième voix préférée de cet été, je l’ai découverte au cours du Festival de Jazz de St Jean Cap Ferrat, Cap Jazz dans les Alpes Maritimes mis sur pied par le contrebassiste Marc Peillon, son nom Nicolle Rochelle, une américaine qui danse aussi bien qu’elle ne chante. Elle est celle qui, en ce moment, est la reine du swing et du boogie woogie, qu’elle soit américaine ne l’empêche pas de chanter en français comme au cours de concert quand elle a repris «  La vie en rose ». Le nom de Nicolle Rochelle peut vous interpeller si vous avez vu en 2006 au Casino de Paris et à l’Opéra Comique un spectacle qui avait été mis en scène par Jérôme Savary « A la recherche de Joséphine ». Nicolle était la chanteuse et danseuse choisie par Jérôme Savary lors d’un casting à New York. Pendant quatre ans, elle sera la vedette de ce spectacle qui rend hommage à Joséphine Baker, lors de ce concert à St Jean Cap Ferrat, on a bien senti qu’elle était encore imprégnée de son rôle quand elle a repris « Vous faites partie de moi », à ses débuts elle avait déclaré…sa sensibilité me parle, sa vie engagée…si un jour ma notoriété est importante je pense que je m’inspirerai d’elle pour mener ma vie… »

P1020839

Mais depuis 2 ans elle partage son succès avec un fou furieux aussi du swing, du blues et de la country, Julien Brunetaud… » j’ai rencontré Nicolle au Festival de Beuvron en Auge dans le Calvados « Boogie Woogie au Haras »,nous chantions chacun de notre coté, mais quand je l’ai entendu dans Boogie Woogie Country Girl ça été le coup de foudre,je me suis dit on est fait pour faire quelque chose ensemble et c’est là que nous avons décidé de créer ce duo « Nikki et Jules ».Ils ont bien fait car le spectacle carbure a cent mille à l’heure avec un superbe quartet et des moments forts quand Julien groove d’enfer dans « Blues de Kansas City, il faut rappeler que cet excellent pianiste a été a bonne école quand il débutait où pendant 4 ans il a tourné avec le bluesman Nico Wayne Toussaint et entre deux tournées il a accompagné Chuck Berry.Si vous voulez danser encore mieux ne manquer pas de regarder une vidéo The Swing Phenomenon et vous verrez que le boogie woogie  dansé par Nicolle c’est vraiment la danse du bonheur. Voila c’était un petit coup de cœur en ayant vu et entendu ces dames qui contribuent à faire aimer la musique de jazz et si vous avez envie d’en savoir plus c’est le moment des cadeaux … Bonnes  fêtes !                                                                         

                                                               Jean-Pierre Lamouroux – (c) JP.L

 

 

 

 

 

Youn Sun Nah – Lento – Harmonia Mundi Act

Cécile Mc Lorin Salvant – Woman Child – Universal

Cécile Verny –Fear and Faith – jazzhaus records

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s