Théâtre / Des armées et des notes

Sans titre - 4

De nombreuses manifestations culturelles commémorent la guerre de 1914/1918, elles se multiplient un peu partout en France et notamment à Antibes dans les Alpes maritimes. Le théâtre Anthea vient de présenter un spectacle qui associe musique classique et œuvres composées pendant le conflit avec des lectures de textes de célèbres écrivains et des projections d’images vidéo sur le thème Musiques au Front.

 P1050474ciao002

Dans la pénombre et le silence, on distingue les musiciens de l’Orchestre Régional de Cannes Provence  Côte d’Azur et derrière eux on voit des images d’archives préparées par Paulo Correia. Quelques instants après, une tache lumineuse nous fait découvrir une tête à la chevelure abondante qui commence à lire, c’est Daniel Benoin metteur en scène et directeur du théâtre Anthéa. Au milieu du texte de Guillaume Apollinaire, Merveilles de Guerre,on entend le son d’un piano,face a l’instrument, un très jeune pianiste Jan Jakub Zieunski qui débute en solo une œuvre de Jacques Ibert «  Noël en Picardie » composée en 1916. La soirée est lancée, l’orchestre dirigé par Wolfgang Doerner enchaîne avec Variations et Fugues sur un thème de Mozart Opus 32 et Variations 1 et 2 de Max Reger et le Tombeau de Couperin de Maurice Ravel composé aussi en 1914, des œuvres rarement jouées. Catherine Morschel initiatrice de ce programme rappelle l’importance de la musique au cours de cette guerre où musiciens, compositeurs, luthiers et soldats trouvaient là un moment de réconfort

P1050475 ciao001

 « …il y avait une activité musicale importante, pour plusieurs raisons, la première c’est que les musiciens comme les compositeurs étaient enrôlés dans la guerre,bien entendu ils étaient mobilisés comme n’importe quelle personne en âge de partir au combat, la seconde, c’est que malgré tout, dans cette guerre épouvantable, il y avait des moments où les soldats étaient à l’arrière et donc tous les musiciens se retrouvaient, se regroupaient, formaient des petits orchestres, musique de chambre ou davantage parce qu’il y a eu à plusieurs occasions des vrais orchestres qui se sont constitués…il y avait aussi des professeurs de Conservatoire qui se trouvaient là parmi les soldats. Ils consacraient une partie de leur temps à enseigner la musique à ceux qui voulaient l’apprendre, de même que de nombreux soldats se sont transformés en luthiers, ils ont fabriqué des instruments à partir de toutes sortes de matériaux, des bidons, des caisses de munitions, ces témoignages sont exposés au Grand Musée de la Guerre de Péronne dans le Nord. Il y avait un violoncelliste qui était très connu à l’époque, il s’appelait Marcel Maréchal, il s’était fabriqué un violoncelle de fortune et ce violoncelle, il l’a appelé le Poilu, il y avait une activité très importante…je n’ai pas eu le temps de savoir si les musiciens jouaient dans les tranchées ou à l’arrière, sans doute que dans les tranchées ils pouvaient avoir des flûtes, des violons, des harmonicas ou ils récupéraient les crins des chevaux pour les archets… »

P1050476 ciao003

 Les musiciens se réunissaient en quatuor, en trio ou en orchestre, ils jouaient beaucoup de classique, du Schumann, du Chopin, du Massenet. Le projet demandé par Anthéa, c’était de relier chacune des années de guerre avec les musiques qui ont été composées à ce moment là, il s’agit de musiques orchestrales. Il y avait aussi des musiques militaires et bien sûr des chansons populaires, on ne les appelait pas encore variétés, c’étaient des chansons qui entraînaient, qui donnaient du cœur aux soldats qui venaient du Front.

ciao004

Les textes proposés par Catherine Morschel et Daniel Benoin sont un mélange de correspondances de poilus et d’œuvres d’écrivains comme André Gide, Colette, Pierre Drieu La Rochelle, Blaise Cendrars, Louis Ferdinand Céline ou Stefan Zweig, des textes bien sûr aussi différents que possible allant des plus optimistes aux plus inquiets à propos d’un conflit qui débute et qui…soi-disant, ne durera pas. Il durera 4 ans avec des millions de morts et de blessés.

P1050477

 Photos : Musée de la carte Postale à Antibes

Jean Pierre Lamouroux

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s