Cinéma / BOYS LIKE US de Patric Chiha

BOYS LIKE US de Patric Chiha.

Second long métrage de l’auteur de Domaine (2009 ) , le cinéaste Libano- Austro-Français , qui , inscrit ici son originalité du regard dans la description du parcours de son « trio » de trentenaires gays en pleine crise de passage à l’âge adulte.  Une comédie existentielle où l’ironie fait écho à la gravité , avec élégance …

l' Affiche  du  Film.
l’ Affiche du Film.

Dans le  hall  de  l’aéroport  où ils  ont  rendez-vous  pour leur départ  tant  attendu en forme de virée sentimentale à Lisbonne, Rudolph           ( Florent Carove ) attend avec impatience ( déjà affublé de son casque de plongée!) , l’arrivé de son ami pour l’envol vers ce qui devrait être une sorte de Lune de miel. L’ami qui tarde , arrive enfin pour lui dire      «  je ne suis pas sûr de pouvoir assumer… » . Coup dur et rêve qui sombre dans la sidération pour Rudolph qui tombe de haut et qui décide à son tour de rompre avec ses attaches Parisiennes et de s’en retourner dans son pays natal , l’Autriche, qu’il a quitté il y un peu plus d’une quinzaine d’années. C’est à son tour d’annoncer la « nouvelle » à ses potes , qui , passée la surprise … décident de l’accompagner et l’aider dans l’épreuve. Aventure Autrichienne pour ses amis ,retour aux sources en forme de mise à l’épreuve, et constat sur le parcours d’un trio ( servi par des comédiens épatants ) qui s’est brûlé à ses passions et amours passagères de jeunesse. Un trio qui , sans avoir vu le temps passer se retrouve confronté , à devoir faire des choix de vie…

 

Le cinéaste reprend au cœur de cette virée dans les montagnes Autrichiennes, le thème favori de son œuvre débutante, celui d’individus parfois égo-centrés ou confrontés à des épreuves multiples de la vie, et qui, se retrouvant démunis pour les affronter ont un besoin irrépressible de l’écoute et du regard de l’autre  pour être persuadés ( se persuader ) du bien -fondé de leurs choix. Ainsi , l’un des potes de Rudolph, Gabriel ( Raphaël Bouvet ) tourmenté et déboussolé par la silhouette aperçue d’un responsable de groupe de jeunes dont il croit être celle de l’un de ses ex-amants, ne lâche plus son téléphone et sa psy au bout de la ligne pour l’aider à affronter la situation. De la même manière Rudolph qui fait mine d’être excédé par la présence de ses amis en se réfugiant dans une sorte de « retour à l’ordre » Autrichien ( scènes réjouissantes ) , ne peut s’empêcher de prendre le contrepied ( la scène hilarante où avec ses amis il rencontre le premier magistrat de sa petite ville ), lorsque les circonstances le mettent présence de ce que celui-ci  lui reflète, comme rejet. Celui- là même qui lui avait fait quitter le pays , jadis , parce qu’il ne pouvait pas y trouver sa place et y vivre librement sa sexualité .

Les  trois  amis, de  gauche  à  droite : Raphaël Bouvet , Florian Carove et  Jonathan Capdevielle
Les trois amis, de gauche à droite :  Jonathan  Capdevielle  , Florian Carove   et  Raphaël Bouvet

Il y a d’ailleurs , une magnifique scène qui y fait écho au travers de ce beau et jeune étudiant qui lit le roman Mort à Venise de Thomas Mann, rencontré et dragué sur une plage , par Nicolas, ( Jonathan Capdevielle) , l’autre ami de Rudolph. Ce jeune garçon qui dit , lui aussi, son rêve d’un ailleurs où il pourrait se réaliser et y vivre librement une sexualité ,qu’ici , il doit refouler «  c’est impossible, on ne comprendrait pas! » , dit-il. Séquence remplie d’une double signification puisque ce rêve d’un ailleurs Rudolph qui en a franchi la pas jadis, s’y retrouve confronté à une marche -arrière en forme d’échec!.     Mais séquence qui interpelle, en même temps, par le souhait bouleversant et mélancolique du jeune adolescent sur la réalité d’un désir d’émancipation légitime, fut-ce à devoir être confronté à d’autres désillusions et déceptions, sachant que la vie -de toute manière- en est remplie. Dès lors, se mettre à l’épreuve de soi- même est sans doute un pas nécessaire à franchir pour connaître ses propres limites.

Les  trois  amis  et les  joies de la randonnée
Les trois amis et les joies de la randonnée

La mise en scène de Patric Chiha s’inscrit dans une déclinaison habile où le mélange de dérision envers ses personnages, se fait à la fois sarcastique sur certains penchants dont il explique la manifestation négative par le mal-être et l’incapacité à s’en défaire,  par des notations y apportant le contrepoint d’un humour, qui habille leurs naïveté et la surcharge , par un regard qui finit par les rendre sympathiques. Nous entraînant dans leur sillage pour les voir plonger dans les pièges à bras ouverts, rivalisant les uns les autres de maladresses, ou de bon mots, qui ne font que les enfoncer encore un peu plus ! . A ce jeu , l’humour en décalage fait mouche quand il s’agit de fustiger les stéréotypes et les clichés sur les homos (et des homos comme eux-mêmes le disent «  on est un peu des homo -clichés! » ). Ainsi que ceux, aussi, sur le pays  (l’Autriche ) et les autochtones ( les randonnées en montagne et le calme de la nature «  dans shining , aussi, c’était calme ! », les panneaux de signalisation qui ordonnent tout , ou encore , le rituel immuable du petit déjeuner chez la logeuse « là quelle cuisson , les œufs ? » …) , ou , l’intrusion du libéralisme ( l’industrie des Sports d’hiver , le Boom des constructions et des grandes surfaces comme celle qui a poussé en lieu et place de la maison où est né et a passé son enfance, Rudolph …), qui s’intègrent habilement dans le moule.

Le  jeune étudiant  qui rêve  d'un ailleurs  où il  pourrait  vivre  librement sa  sexualité
Le jeune étudiant qui rêve d’un ailleurs où il pourrait vivre librement sa sexualité

Alors que tout semble , encore un peu plus codifié , et que les perspectives d’avenir s’assombrissent pour des jeunes hommes qui ont vécu comme une nécessité impérative leurs passions à pleine dents sans penser aux lendemains. Voilà leur fureur de vivre rattrapée par le temps qui les fait se rapprocher d’une trentaine adulte ,dont ils ne savent pas comment aborder le vide à  remplir qu’elle représente pour eux.      Ils pètent les plombs et c’est normal ! . Rudolph  qui a  décidé de se  mettre  à l’écriture a  bine  du mal   à  avancer  …  et , dès lors au fil des séquences , imperceptiblement, se tisse la toile d’une amitié longue de plusieurs années dont ils n’ont pas mesuré au long de leurs virées excentriques,passionnelles et insouciantes , ce qu’elle pouvait avoir construit comme liens qui tout à coup vont se révéler être une possible solution…de sagesse nouvelle . C’est la belle idée du film que le cinéaste fait sourdre comme une évidence qui s’impose , presque malgré eux …
Alors l’avatar de Nina Hagen , l’icône  d’une certaine contre-culture, peut à nouveau surgir presque du néant, interpellant  une autre icône de l’histoire « attention, Sissi revient! » (  Le  film Sissi  impératrice  réalisé par  Ernst Marischka en 1956 ,  fut  un grand succès  du cinéma  Autrichien )  , pour s’en aller chanter au sommet d’une montagne sous les regards admiratifs de nos héros. On se laisse prendre au charme…

(Etienne Ballérini )

BOYS LIKE US de Patric Chiha – 2014-
Avec : Florian Carove , Raphaël Bouvet, Jonathan Capdevielle , Inje Maux , Gisèle Vienne…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s