Cinéma / Disparition : Robin Williams , la voix du poète disparu…

Robin WILLIAMS, la voix du poète disparu

Le comédien a été trouvé mort ce 11 Août à son domicile Californien, il venait d’avoir 63 ans . Aussi à l’aise dans la comédie populaire que dans les rôles plus dramatiques et les films ambitieux, il était est devenu une Star internationale dans les années 1980 avec des rôles restés mémorables dans Good Morning Vietnam, Le Cercle des Poètes Disparus ou Madame Doubtfire. Quatre Golden Globes à son actif et un Oscar en 1998 , pour son rôle dans Will Hunting de Gus Van Sant, une carrière exemplaire qui lui a valu la reconnaissance de ses pairs et du grand public..

Shelly Duvall  et  Robin Willimas  dans  Popeye de  Robert Altman
Shelly Duvall et Robin Willimas dans Popeye de Robert Altman

Né le 21 Juillet 1951 à Chicago , après des études en sciences Politiques il s’est tourné très tôt vers les métiers de la scène s’inscrivant à la section théâtre de la réputée Julliard School, une école privée de New-York où il fait ses armes . Et les choses se passent plutôt bien pluisqu’il s’y fera remarquer par les gens du métier au cours des séances d’audition . Et l’une d’entr’elle lui fera franchir le pas en 1974 , puisqu’il sera engagé pour une série Télévisée, Mork and Mindy initiée par Gary Marshall, où il jouera le rôle d ‘un extra -terrestre , qui lui vaudra de conquérir sa première Statuette et la consécration du meilleur acteur dans une série Télévisée en 1979 . Sa carrière est lancée puisque l’année suivante c’est le grand cinéaste Robert Altman qui fera appel à lui en lui proposant le rôle d’un des personnages les plus célèbres des dessins Animés: Popeye aux côtés de Shelley Duvall dans celui d’Olive Oyl . Sacrés débuts au cinéma sous la houlette de l’un des plus grands cinéastes du moment avec un rôle qui lui permet de faire valoir ses talents comiques dans un registre -pas évident- de personnage auquel le public des dessins animés était habitué à une certaine tonalité . Robin Williams sera un Popeye en chair et en os, plus vrai que nature …

Robin Williams  dans  Good  Morning Vietnam
Robin Williams dans Good Morning Vietnam ( scène de tournage )

Et sur la lancée de Popeye va s’initier une « série » de films qui vont propulser le comédien au sommet de la gloire dans les années 1980. Après Robert Altman un autre grand cinéaste George Roy Hill , le réalisateur de Butch Cassidy et le Kid et de l’Arnaque fera appel à lui pour un projet ambitieux , l’adaptation au cinéma du célèbre roman Le monde selon Garp de George Irving . Dans le rôle-titre de Garp , il donne la réplique à Glenn Close qui joue Jenny Field. Il y est confondant de naturel et porte , une fois de plus, à bout de bras un personnage dont il sait rendre, à l’attente des spectateurs-lecteurs du roman à succès, la crédibilité et le naturel qu’ils en attendent .
Il montre qu’il est aussi à l’aise dans le registre plus grave et dramatique que dans celui de la comédie initié avec Popeye. Robin Williams saura merveilleusement, au fil des ans passer de l’un à l’autre , pour le plus grand plaisir des spectateurs…C’est ensuite Paul Mazursky , autre cinéaste en vue à l’époque , qui lui propose avec Moscou à New-York ( 1984 ), le joli rôle d’un Saxophoniste Russe qui lors d’une tournée à New-York choisi de rester aux Usa et va devoir s’habituer au mode de vie Américain.
Le comédien va électriser La Mostra de Venise en 1987 dans le rôle de l’animateur de Radio de la zone démilitarisée ,chargé de maintenir le moral des troupes Américaines au Vietnam dans Good Morning Vietnam de Barry Levinson . Il crève l’écran et le film remarquable comédie satirique contre la guerre , sera un succès planétaire.

Robin Williams  dans un scène  de  Le  cercle des  Poètes  Disparus  de  Peter  Weir
Robin Williams dans un scène de Le cercle des Poètes Disparus de Peter Weir

La planète cinéma n’en finira pas dés lors de voir ce comédien hors-pair s’inviter sur les écrans , et les spectateurs s’identifieront à lui ,  selon les registres et les personnages dont il défend admirablement l’humanité  C’est ainsi que Le Cercle des Poètes disparus de Peter Weir (1989) deviendra le film -culte de toute une génération qui se retrouvait dans ce professeur , Mr Keating , dont la méthode d’enseignement originale et non-conformiste appelant à l’épanouissement des personnalités ( le fameux    «  carpe diem » ), qui fera fureur auprès des élèves ( et sera repris par toute une génération de jeunes spectateurs ) de la prestigieuse Académie. Le film fait ,lui aussi ,fureur dans le monde entier . En dix ans et dix films Robin Williams, vient de s’installer en tête du box- office et des comédiens préférés, toutes générations confondues. Que le Will Hunting de Gus Van Sant ( 1997) dans la décennie qui suivra , viendra le consacrer avec cet Oscar du meilleur acteur. Le film qui permet au comédien de renouer le thème de l’enseignant- protecteur dans la lignée du Cercle des Poètes disparus , est également devenu un film-culte et de nombreux vont suivre qui ne feront qu’ancrer encore un peu plus  dans le cœur des spectateurs,  l’image d’un homme et d’un comédien , qu’on aurait aimé avoir, comme ami.

 

Matt Damon et  Robin Willimas  dans  Will Hunting de  Gus  Van Sant
Matt Damon et Robin Williams dans Will Hunting de Gus Van Sant

Dans les trois décennies qui vont suivre le comédien va continuer à accumuler les rôles prestigieux avec cette diversité de registre  qu’il aimait offrir au public, n’hésitant pas à se glisser dans les comédies populaires où il pouvait jouer la surprise d’un personnage inattendu qui lui permettait de varier son jeu et chercher à se dépasser, à se lancer des défis. A l’image d’un Dustin Hoffmann qui dans Tootsie de Sydney Pollack n’hésitait pas à se travestir pour « décrocher » un rôle au cinéma  , Robin Williams se
se travestira , lui , en gouvernante Anglaise pour les besoins de la cause dans Madame Doubtfire (1993) de Cris Colombus. Etonnant et confondant ,il se déchaine dans un lâcher-prise époustouflant . Succès énorme encore au rendez-vous …
Et ils ne manqueront pas les rôles qui vont lui permettre de mettre en valeur cette sorte de capacité innée à se glisser dans les habits les plus divers et les plus cocasses, surtout quand il y avait aux manettes des cinéastes de qualité avec lesquels il savait pouvoir travailler en confiance . La liste est longue. On retiendra pour mémoire les films qui construisent une sorte de jeu de repères lui permettant d’inscrire la continuité des rendez-vous avec les spectateurs. Celui du monde des jouets ( Toys et Aladdin/1992, Robots de Chris Wedge /2005). Celui des contes et livres pour enfants avec son rôle de Peter Pan dans Hook ,Capitaine Crochet de Steven Spielberg (1991) , dans Jumanji de Joe jonhston (1995) dans Jack de Francis Ford Coppola ( 1996) . Le monde de l’aventure et de l’imaginaire au rendez-vous ( Fisher King de Terry Gilliam/ 1991, AI intelligence Artificielle de Steven Spielberg /2001 , L’homme Bicentenaire de Cris Colombus /1999).

Robin Willimas  dans  Le  Majordome  de  Lee  Daniels
Robin Williams dans Le Majordome de Lee Daniels

N’oubliant pas d’inscrire la gravité de certains sujets , avec deux rôles de psychopathe  avec un beau face à face avec Al Pacino dans Insomnia de Cristopher Nolan ( 2002) et Photo Obsession de Chris Romanek ( 2002) , il sera aussi l’ambigü Jacob le menteur de Peter Kassovitz (1999) au cœur du Ghetto de Lodz ,durant la seconde guerre Mondiale .
S’installant aussi au cœur de la série très populaire de La Nuit au musée où il triomphe aux côtés de Ben Stiller. Il sera aussi à l’affiche dans le rôle d’Eisenhower du film de Lee Daniels , Le Majordome ( 2013 ).
Dans la mémoire des cinéphiles Robin Williams aura , c’est sûr ,une place de choix…

(Etienne Ballérini )

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s