Tremplin Jazz a Nice, une chance pour les jeunes groupes .

 

De Gauche à droite : André Chauvet conseiller municipal, Christian Estrosi maire de Nice, David Benaroche producteur, Fred D'Oelnistz vainqueur Tremplin, Michel Mey SACEM, Sébastien Vidal directeur artistique Nice Jazz Festival
De Gauche à droite : André Chauvet conseiller municipal, Christian Estrosi maire de Nice, David Benaroche producteur, Fred D’Oelnistz vainqueur Tremplin, Michel Mey SACEM, Sébastien Vidal directeur artistique Nice Jazz Festival

C’est au moment des grands festivals que le jazz off ouvre ses portes aux musiciens qui ne passent pas encore sur les grandes scènes. A l’occasion du Nice Jazz Festival c’est sur le Tremplin, le premier concours national du jazz français, que les regards se sont posés, ils étaient 27 groupes au départ, six ont été retenus pour la finale sur deux jours devant un jury composé d’une quinzaine de personnes : journalistes, programmateurs et animateurs radio.

Trio Fred D'Oelnistz
Trio Fred D’Oelnistz

La place Masséna toute auréolée depuis trois ans d’un superbe tramway qui traverse la zone piétonne est devenue l’un des endroits les plus animés de la ville, un cœur qui bouillonne jusqu’à 2h du matin. En ce début juillet, c’est une scène musicale qui a été érigée pour les Tremplins jazz, une manifestation mise sur pied par un passionné de cette musique, programmateur de spectacles et producteur d’Imago Records la Ruche, David Benaroche«je crois que c’est notre rôle d’organiser ce Tremplin car ce n’est pas facile pour de jeunes groupes de se faire connaître quelque soit la ville, les lieux pour faire face à un large public ne sont pas énormes en dehors de quelques clubs ou bars branchés…vous savez, quand on est producteur, on est en attente sans cesse de trouver la pépite de plus, le vainqueur de cette manifestation et le second ont gagné une place pour le prochain Nice Jazz Festival en 2015, la SACEM est présente et récompense pécuniairement les vainqueurs, de mon côté , je m’engage à recevoir dans mon studio pour deux jours d’enregistrement et je leur propose une première partie ici à Nice au cours de l’hiver» La bataille artistique a été d’un excellent niveau avec notamment le vainqueur, le trio du pianiste Fred d’Oelnistz (1)  qui devance d’une voix un autre trio angevin celui d’Alex Grenier (2). Si le niçois n’est pas encore en vedette sur une grande scène, il a déjà eu l’occasion de s’y produire il y a 2 ans en première partie de Dr John avec le Jimi Brown Expérience qui compte une dizaine d’excellents musiciens de la région pour un jazz différent, vous l’aurez compris avec le nom de la formation (3), nous avions écouté aussi ce groupe en première partie du guitariste John Scofield dans la salle niçoise le Théâtre de l’Ariane, aujourd’hui, il savoure sa victoire en restant modeste, au milieu de sa prestation il a dit au public qu’i ne joue pas forcément pour gagner une compétition mais pour faire aimer le jazz

Fred D'Oelnistz
Fred D’Oelnistz

« cette récompense nous donne un coup de pouce depuis la sortie de notre CD en 2009, nous avons tous eu des impératifs  familiaux qui nous ont empêché de nous réunir plus souvent. Moi je suis à Nice, les deux autres sont à Lyon et dans l’Ardèche…mais j’ai beaucoup écrit et au Tremplin, j’ai joué plusieurs morceaux qui seront sur le prochain CD. Cet été, pour les Estivales, je vais jouer dans toute la région au sein du big band N.J.O (Nice Jazz Orchestra) et poursuivre ce que nous faisions depuis 4 ans avec mon autre formation pour le Cab Calloway Show, un très beau spectacle avec des danseurs de claquettes et la chanteuse de jazz Sandrine Destefanis. Dés septembre, je change encore de registre pour jouer dans le groupe Offering du batteur Christian Vander à Paris, à ce sujet est sorti en juin un DVD de nos concerts avec lui…avec cette victoire, c’est un peu la reconnaissance de ce que j’essaie de faire…partager ma passion avec le public »

Trio d'Alex Grenier
Trio d’Alex Grenier

Pour le trio venu d’Angers, la modestie est aussi au rendez vous, ce n’est pas le trio du guitariste Alex Grenier qui joue pourtant tous les thèmes mais c’est le trio de trois copains musiciens qui ont décidé de tenter le coup ensemble en 2012. Une osmose s’est vite faite, on l’a bien compris lors du concert à Nice, tout en finesse, tout roule comme une pièce bien huilée, un groupe digne des grands trios, des musiciens plein de fougue, heureux de faire entendre leur musique, Alex nous donne quelques clés « notre dernier CD, Slalom avec Recto Verso, mon intention est d’exprimer les rythmes shuffle des années 60…sur Chips, ma tonalité en Mi me permet d’explorer les cordes à vide de ma vieille « Hoyer » de 1963. Pour Hang On c’est ternaire teinté de blues, la partie B du morceau avec cette pédale Fa dièse génère une drôle de couleur à l’ensemble… » Si tout cela semble très technique pour le commun des mortels, on comprend cette qualité musicale avec une recherche très avancée mais où la mélodie et le swing font bon ménage. Une particularité d’Alex, c’est qu’il s’est formé seul en travaillant énormément, en écoutant tous les standards de jazz de chez Blue Note « je pense qu’il faut se souvenir des anciens, il n’y a pas de mal à s’inscrire, disons, dans un jazz classique, dans mes compos j’étudie les standards, je me mets en danger en traçant une route autour d’eux, j’essaie de comprendre celle prise par ces grands musiciens, quand tu écoutes Chet Baker, West Mongomery ou Benson, en se concentrant quand tu es musicien, tu vois où ils veulent aller, d’ailleurs, à propos de cette concentration, avec notre trio nous sommes extrêmement attentifs et concentrés pour que le morceau soit limpide sans fioritures et c’est çà la difficulté d’un bon trio, l’erreur est fatale… ». Pour l’instant, justement, la route du trio semble ne pas être trop caillouteuse, déjà vainqueur de plusieurs Tremplins (Mont St Michel, Sète), ils s’apprêtent à jouer à Segré près d’Angers le 18 juillet en première partie de Maceo Parker et…tenez vous bien…deux soirées, l’une avec le trio, l’autre avec le contrebassiste polonais Jahub Trzepizur et la chanteuse angevine Emilie David. Sourires aux lèvres, ils savent que l’an prochain on les retrouvera au Nice Jazz Festival, le trio du pianiste Fred D’Oelnistz dans le IN et celui d’Alex Grenier dans le OFF, un résultat annoncé lors de ce festival par le maire Christian Estrosi et le créateur du Tremplin David Benaroche en présence de tous les partenaires de l’évènement.

                                                                                     Jean Pierre Lamouroux

 Photos JPL

(1)Fred D’Oelnistz – piano

Géro Portal – contrebasse

Stéphane Foucher – batterie

 

(2) Alex Grenier – guitare

Hervé Moquet – basse

Franck Durand – batterie

Trio Power en 2013 – Slalom en 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s