Ecoute ton œil et vois tes sons

 

Alain de Fombelle

                                                       Alain de Fombelle

Si vous ne voulez pas mourir idiot, il vous suffit de voir et d’entendre les œuvres d’un artiste niçois, Alain de Fombelle, lors de sa prochaine performance le 18 janvier à Nice (1). Il vous fera découvrir un univers fantasmagorique et extra planétaire où se mêlent projections d’images bizarres et sons sortis d’un matériel numérique sophistiqué avec la présence, ce jour là, de musiciens très branchés musique improvisée (2) qui donnent de la voix et créent des sons peu courants dans notre quotidien.

!L'Ouïe l'a vue

Arrivé à Nice en 1974, Alain de Fombelle, scientifique de formation, se fait connaître par la peinture et, c’est en 1982, qu’apparaissent sur ses toiles la Marmouille et le Pointu, ne cherchez pas en voyant ces œuvres des ressemblances avec des choses connues mais faites marcher votre imaginaire, pour l’artiste, ce sont des extraterrestres « plus humains que les humains eux-mêmes… ».

marmouille1ePointu

Marmouille et Pointu -Doc, crédit photos – Alain de Fombelle

Ensuite vient le temps de peindre des paysages, avec une imagination fertile l’artiste enrichit les toiles de traits multicolores qui croisent des éclaboussures de peintures, ce sont ses Paysages Archétypiques qu’il commente «  les résurgences involontaires d’images enfouies en chacun de nous » ou encore « des résurgences qui viennent à l’esprit de manière inconditionnelle grâce à des stimulis divers »

645.97.10x15.web

Paysages archétypiques

924.97.10x15.web

                                                       Doc et Photos -Alain de Fombelle

L’artiste est aussi poète avec des textes  Années Sombres et Quand l’Univers Valse, à lire au moment où vous vous sentez très heureux d’être en vie «  Réflexion très noire sur l’absurdité et la futilité de l’existence ». Peintures, sculptures, poèmes n’ont pas suffi à sa créativité, avec l’arrivée des techniques numériques, lui le scientifique ne pouvait pas passer à côté. Promenant sa souris sur un ordinateur comme son pinceau sur une toile, ce ne fût qu’un jeu d’enfant pour voir toutes les possibilités de créer une palette de couleurs et de sons, impensable avec des outils traditionnels. Très vite, il va se faire connaître, il participera au Festival Manca à Nice avec son œuvre Materia, à Cannes ce sera avec Double Quartet Expérience. Il fera de nombreuses performances avec des musiciens proches de ses réalisations très avant-gardistes comme avec le pianiste Henri Roger, la Cie So What, le contrebassiste Barre Philips et bien d’autres. On l’a vu en juillet dernier au festival du Peu à Bonson dans l’arrière pays niçois où les musiciens étaient  deux professeurs du Conservatoire, le violoniste Alain Babouchian et la harpiste Nathalie Lebrun pour un répertoire Bach et Bartok revisité tout en images numériques, vu sous cet angle la musique classique prend une autre forme d’expression «  la grande force pour moi avec le numérique, c’est le fait de pouvoir créer en temps réel, ça donne une autre dimension à ce que je veux faire voir, également pour les musiciens, ils réagissent au quart de tour…parfois, on me dit que c’est un tableau…non, ce sont des images avec des couleurs et des traits que je peux faire bouger en permanence. Je dirais même qu’une performance que je réalise aujourd’hui sera très différente demain… » Pourquoi prendre des musiciens au lieu d’utiliser des musiques sorties d’un ordinateur ? « C’est ce que tout le monde fait, je trouve que c’est limité parce que c’est détourner l’idée même de l’improvisation en temps réel, si tu pré enregistre et que tu passes par-dessus c’est faire la moitié du chemin, c’est pour çà que je ne fais pas de vidéo, c’est tout à fait à l’opposé de ce que je cherche à faire ».  

Participants

La ville de Nice n’est pas restée insensible à ses créations, elle a fait plusieurs acquisitions et le lycée Masséna possède une fresque de 7 mètres de long…lieu d’un autre savoir … dixit Alain.  Le carton d’invitation de l’artiste pour cette nouvelle performance intitulée AVANCE n’est pas rédigé dans une écriture extra terrestre c’est simplement « Venez pour un voyage visuel sonore inattendu poétique et imaginaire ».

 

                                                                                          Jean Pierre Lamouroux

 

1 – Atelier le Salon – 7 bis rue des Combattants AFN – Nice  contactatelierlesalon.com

2 –André D – basse, adepte des musiques atonales et improvisées, membre du réseau Sound Cloud, il travaille avec des artistes du monde entier.

– Christophe Meulien, guitare, voix, piano, spécialiste des techniques instrumentales alternatives.

– Henri Koek, sax, clarinette, bols chantants, adepte de la création musicale spontanée. Il a travaillé avec le groupe Samaya Art Ensemble et composé pour des documentaires.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s